AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 131
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 1:19

i couldn't live without all these memories we used to have.
a. k. m. "mickey" sterya-khôl
NOM ≈ sterya-khôl PRÉNOMS ≈ aleksandar (lek, leks), kolyo (kol), mylen (myl) oui bon, ok, ça fait pas mal de prénoms, c'est son côté bulgare qui fait tout. SURNOM(S) ≈ l'officiel, c'est mickey. comme mickey mouse. mais ça s'prononce maïki, ok? maïki, on dirait une marque de bananes..non? non, ok. ÂGE ≈ dix-sept ans, il est jeune hein?un vrai foetus. DATE DE NAISSANCE ≈ le premier août mille neuf cent nonante six. ça remonte déjà à longtemps.. LIEU DE NAISSANCE ≈ bristol, angleterre, comme dans skins. ORIGINES ≈ son papa est un anglais de pure souche, et sa maman est bulgare, d'où ses trois-cent-cinquante prénoms chelous. NATIONALITÉ ≈ australien, parce que le pays des koalas, c'est là où il vit. et puis l'australie, franchement, c'est koul. ORIENTATION SEXUELLE ≈ officiellement? hétero. officieusement? il est carrément gay. il est même plus gay que gay. STATUT SOCIAL ≈ il n'a jamais eu énormément d'argent. maintenant il se démerde en bossant à droite à gauche. STATUT CIVIL ≈ sortir avec quelqu'un? lui? ahahahahahahahah. faudrait déjà qu'il sorte de chez lui le p'tit. MÉTIER ET/OU ÉTUDES ≈ il a eu son diplôme de fin d'études à l'avance, donc maintenant il est à l'université, et il bosse la littérature et les lettres. son rêve c'est d'être écrivain. mais à côté de ça, il bosse de la philo et psycho quand il veut passer le temps. AVATAR ≈ si j'écris son nom j'vais fangirler désolDYLAN O'BRIENFJDEDHSJQKSAZL CRÉDITS ≈ merewenn est une déesse des avatars, sérieusement.[/i]



QUALITÉS ≈ mickey est quelqu'un de très intelligent et c'est un amoureux des livres et de l'anglais. il est trilingue (français, anglais et bulgare), et apprend l'espagnol. il adore travailler, surtout quand il bosse pour ses cours, ou pour des matières qu'il apprend tout seul, pas quand il doit jongler entre son boulot de livreur de pizza et celui de serveur dans le restau de sa rue. vous vous rendez compte qu'ils "recyclent" les cacahuètes de ceux qui ne les ont pas prises en les donnant à des autres clients? dégueu. mais il ne se plaint pas, parce qu'il n'est pas le genre à se morfondre, pas pour si peu. c'est aussi quelqu'un de très sensible, il prend toujours soin des autres quand il le faut. il n'est pas vraiment rebelle. il est plutôt serviable et obéissant, toujours le sourire aux lèvres
DÉFAUTS ≈ il ne s'aime pas, pour ne pas dire qu'il se déteste, mais il passe tellement de temps à travailler ou étudier qu'il n'a pas le temps de penser à toutes ces choses qui l'horripilent chez lui. il est le genre de garçon qui ne sort presque pas de chez lui. il est assez solitaire et la raison à ça est très simple : il a toujours peur d'être abandonné, il ne fait pas confiance aux gens. et c'est aussi pour ça qu'il s'emporte très vite, son impulsivité prend souvent le dessus sur lui, ce qui le rend très différent de ce qu'il a l'habitude d'être. il n'assume pas sa sexualité, en effet, il est gay, et le sait très bien, mais étant quelqu'un de très timide et réservé, il ne peut pas se permettre ne pas se fondre dans la masse. alors il fait comme si de rien n'était aux yeux de tous. et il essaie de tout coeur de craquer sur des filles, mais ça ne fonctionne pas. jamais. il est gay. c'est comme ça. il est aussi quelqu'un qui fuit rapidement. il n'a pas beaucoup de courage, et abandonne facilement, il a peur de se battre. c'est pour ça qu'il reste dans son coin. et il se laisse souvent marcher sur les pieds, à force d'être trop gentil.



il joue du piano ≈ il aime les bites ≈ il cuisine divinement bien ≈ sa saison préférée, c'est l'hiver ≈ il est cinéphile, mais ce qu'il préfère, ce sont les séries. il en regarde des tonnes. faking it, glee, game of thrones, pretty little liars, vampire diaries, teen wolf, awkward, american horror story, docteur house, gilmore girls, gossip girl, hannibal, big bang theory, how i met your mother, misfits, new girl, orange is the new black, once upon a time, revenge, shameless, skins, reign, the walking dead, breaking bad,grey's anatomy, under the dome, 90210 beverly hills, les frères scott, et supernatural. parce que les simpsons, south park et adventure time, ça compte pas ≈ son plat préféré, c'est la pizza.. il pourrait en manger toute la journée. ainsi que les pâtes, il adore ça ≈ il lit environ deux livres par semaine ≈ il n'a ni tatouage ni piercing, il trouve ça beau sur les autres, mais pas sur lui ≈ il se laisse pousser la barbe pour paraître hétéro ≈ il a peur du noir, et dort avec une lampe de chevet qui fait "effet étoiles au plafond" ≈ il n'aime pas son corps ≈
que pense-tu d'happiness et de son blog ?
tout ce que j'ai à dire, c'est.. pourquoi pas. je ne crois pas spécialement au bonheur, disons que j'ai perdu espoir, mais j'me dis que l'idée est vraiment mignonne malgré tout, alors pourquoi ne pas tenter? j'aime bien. et le blog est sympa, c'est mignon et attentionné.

crois-tu au destin ?
j'y crois. parce que c'est pas possible de souffrir autant et que tout se finisse mal. j'suis sûr qu'un jour j'serai heureux. le jour où je tomberais amoureux d'une fille, probablement. alors oui, j'y crois. j'y crois, bordel j'y crois.

selon toi, le bonheur c'est quoi ?
une boule de mensonges, honnêtement. j'essaie d'y croire, vraiment, mais j'en ai marre de tout ça, j'en ai marre d'être moi, d'avoir ma vie, tout ça. j'voudrais être différent, et..et j'peux pas. je n'accepte plus que le bonheur entre dans ma vie et reparte aussitôt.  
PSEUDO/PRÉNOM ≈ SALUT J'M'APPELLE JEAN-EUDE ET J'AIME LES PETITS COQUELICOOOOOOTS.   ÂGE ≈ J'AI TRENTE-SIX ANS ET TOUTES MES DENTS.   SEXE ≈ OHHH OUI.   PLANÈTE/PAYS/RÉGION ≈ J'VIS SUR PLUTON, CA T'DERANGE? LES LICORNES, TU AIMES ? ≈ ...NO. T'AS PAS ENVIE D'ÊTRE UN PANDA, TOI ? ≈ NAH ILS SONT TROP GROS CES PDS. TU NOUS AS CONNU COMMENT ? ≈ BAH J'ETAIS TRANQUILLEMENT EN TRAIN DE SODOMISER UNE CHEVRE QUAND SOUDAIN.. ON EST BAISABLE OU PAS ? ≈ UNE PROPOSITION OU SUGGESTION A NOUS FAIRE ? ≈ VOUS DEVRIEZ FAIRE LIVRER DES PIZZAS A TOUS LES NOUVEAUX MEMBRES COMME OIM. ET TOUS LES JOURS.   UN DERNIER TRUC A DIRE POUR TA DÉFENSE ? ≈ en fait j'aime le pain.
Code:
<b>dylan o'brien</b> ≈ a. "mickey" sterya-khôl
we all know how to be happy.

_________________


« i was in the wrong place at the wrong moment. »
mickey ▬ my lovers got humour, shes the giggle at a funeral, knows everybodys disapproval, i shoud've worshipped her sooner. if the heavens ever did speak, shes the last true mouthpiece.

(c) Myuu.BANG!


Dernière édition par a. "mickey" sterya-khôl le Dim 21 Déc - 1:27, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 131
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 1:19



Cher putain d'journal,

paraît qu'c'est cool de s'défouler. bon, tu m'excuseras d'avance, y'a quelques petites choses qui risqueraient de t'énerver (ah, bah non, parce que t'es un bouquin. putain.. la seule personne à qui j'peux parler, c'est un fuckin cahier, merde).

premièrement, j'suis pas doué pour faire les majuscules, donc j'écris tout en minuscule, sauf les noms propres.
deuxièmement, j'écris au feeling, selon les choses qui me reviennent à l'esprit. donc t'attends pas à un truc chronologique ou j'sais pas trop, parce que c'est pas ça. j'raconte les trucs comme ils me viennent, ils se diffusent dans mes doigts et puis le stylo traduit mes pensées en écrit.
et troisièmement, j'suis gaucher. parce que ouais, j'suis ce genre de mec qui fait tout différemment, qui sait pas être normal, alors j'suis gaucher, et comme ma main caresse à chaque fois la feuille au fur et à mesure des mots, y'aura plein de tâches d'encres sur tes jolis habits. désolé.


BON. je n'ai jamais été doué pour les biographies. et je ne suis pas doué avec moi-même. alors une autobiographie, c'est vraiment pas évident. j'aurais aimé savoir jouer avec les mots et parvenir à faire de jolies phrases, mais c'est trop difficile lorsque je dois parler de moi. enfin, écrire sur moi. ça revient au même. parce que j'estime que la communication se vaut qu'elle soit écrite ou orale. bien entendu, elle est plus intense quand elle se fait avec les gestes, ou les regards, enfin ce genre de choses. moi, j'essaie de les éviter, les regards. j'adore regarder les gens, le monde, l'activité dans la ville, tout ça tout ça. mais je n'aime pas que l'on me regarde. bien sûr, comme tout le monde, je déteste qu'on me fixe longuement sans explication, ça, c'est un fait. mais je n'aime pas non plus qu'on jette un oeil sur moi, même s'il est furtif et qu'il ne dure pas. même s'il ne dure jamais. parce que cela signifierait que l'on puisse voir comment je me sens, ce que j'éprouve, et ça..ça.. c'est juste hors de question. je ne le supporte absolument pas. et même si la personne ne voit que mes yeux, mes petits yeux marrons..non. j'suis pas d'accord avec ça, j'veux pas, j'peux pas, j'le supporte pas, j'suis allergique à ça. ne me regardez pas, jamais. parce que c'est trop pour moi. je ne veux pas que l'on se rende compte de mon état. mes sourires de façade mentent déjà assez pour moi. surtout que je mens mal, très mal. je suis le genre qui rougis et bafouille, qui se trompe et doute, en permanence. ma vie n'est remplie que de doutes.  je pense que je pourrais résumer ma vie à quelques mots-clés seulement, parce qu'elle n'est pas très intéressante, et souvent répétitive. je me lève, le matin (quand j'y arrive), puis je me rends compte que j'bande. alors j'attends, et souvent j'me rendors. quand c'est pas le cas, je vais en cours. enfin, bien sûr, avant ça, j'me lave les dents, et tout l'tralala. et souvent, j'bouffe les restes de la veille, histoire d'avoir quelque chose dans l'ventre. puis après les cours, j'rentre chez moi, dans mon petit studio pourri, et je me vautre quelque part. puis j'me repose une bonne dizaines de minutes. (en fait, non, généralement j'me branle, mais j'essaie de me censurer un peu). après, j'me prépare un truc à bouffer en révisant mes cours de philo, et j'mets la musique à fond. dans mes écouteurs, en fait, parce que sinon mes voisins me tuent. j'ai déjà reçu trois avertissements et si j'dépasse ça, j'crois que j'me fais jeter de là où j'vis, et j'ai vraiment pas envie de ça. du coup, j'me suis débarrassé de ma chaîne hifi, et je m'en rachèterai une quand j'serai capable de me payer un appart correct. soit. après ça, j'mange, et en mangeant je révise mon cours de psycho. parce que j'aime bien ça. puis généralement, si j'suis pas trop à la bourre, j'prends une douche en plus (parce que j'en prends toujours une le matin, après m'être brossé les dents, puis j'déjeune et ensuite j'me rebrosse les dents, mais j'avais la flemme d'écrire tout ça...w..wait..quel pigeon..). breeeef, après ma douche j'enfile soit mes habits de serveur, soit ceux du livreur de pizza, et j'fonce au boulot. généralement j'arrive là-bas à dix-huit heures, mais il m'arrive d'être en retard, et de me faire tuer par mon patron. puis je travaille jusque minuit. ensuite je rentre chez moi (à pieds) et si j'me fais pas agresser par un imbécile du coin, j'arrive sain et sauf dans mon studio, et je me vautre à nouveau quelque part. n'importe où. au sol, sur la table, le canapé. j'm'en fous. et après ça je baille, généralement six fois, avant d'aller dans ma chambre, et de faire mes devoirs, si j'en ai. si j'en ai pas, je regarde un xième épisode d'une énième série que je regarde. puis enfin, je peux dormir, tranquillement. après avoir fait l'amour à ma main. gauche. c'est la main gauche. oh, oui.. parce que.. merde, aurais-je omis de dire le fait qu'il faut toujours que j'fasse tout différemment? j'ai toujours eu cette foutue habitude de ne jamais être comme les autres, et ça doit être pour ça que j'me déteste. ça me tue de dire ça, mais.. j'aime les hommes. et rien que pour ça, j'voudrais me tuer une balle dans la tête. parce que j'peux pas. j'peux pas me le permettre. ça me dégoûte autant que ça m'attire, en fait. et j'comprends pas. j'comprends pas pourquoi j'fais ça, pourquoi j'agis comme ça et pourquoi j'me déteste pour ça.. j'comprends jamais rien, t'façon. et les fois où mes réflexions deviennent trop profondes, généralement, j'm'endors. et quand j'm'endors, c'est le cauchemar. soit je fais des rêves érotiques avec d'autres hommes, soit je repense à ma mère que je n'ai pas su sauver. ma mère.. quelle femme. elle était formidable. c'était le genre de femme qui vous sourit en permanence, et vous redonne le sourire quand ça va pas. elle s'appelait Aneliya, et c'était la personne la plus merveilleuse que j'eus l'occasion de connaître. elle avait de longs cheveux noirs et bouclés, et me ressemblait vraiment beaucoup. elle avait des yeux marrons, un nez exactement comme le mien, mais par contre, elle avait des lèvres pulpeuses. elle était très mince et un peu plus petite que moi. mais ce fils de pute l'a assassinée. il n'aime personne, et ne fait des cadeaux que très rarement. parfois, les gens lui échappent, mais ce n'était pas le cas de ma mère. et après avoir pris entièrement possession de ses cheveux, il a fallu qu'il lui prenne une vingtaine de kilos, et qu'il l'empêche de pouvoir se nourrir. putain d'cancer. elle est décédée dans la souffrance et ça, je crois que je ne l'accepterai jamais. j'ai mis du temps à faire mon deuil, et je crois l'avoir réellement fait, mais.. mais c'est trop dur de ne plus y penser. et je crois ne jamais pouvoir perdre cette pensée : c'est ma faute. tout est ma faute. gamin, je fumais dans ma chambre. et elle y rentrait tout le temps pour nettoyer. je n'ai jamais su si elle se doutait ou pas que je fumais, mais en tout cas, la nicotine qui l'a détruite devait certainement provenir de ma chambre. comment ai-je pu? quel imbécile. quand je l'ai avoué à mon père, il m'a donné une claque. puis il m'a pris dans ses bras, m'a assuré que je n'y étais pour rien, et m'a fait promettre de ne plus jamais recommencer. et je lui ai obéi. parce qu'honnêtement, c'est impossible de lui désobéir. c'est un homme costaud et très dur, et rares sont les fois où ses sourcils ne se froncent pas. d'ailleurs, il a de très épaisses touffes au dessus des yeux. noires, pour couronner le tout. et son regard est perçant, foudroyant. je n'ai jamais osé contredire ses choix, ou me mettre en travers de son chemin, parce qu'il m'a toujours un peu mis mal à l'aise. il était doux, c'est vrai, mais un rien le rendait furieux. mais il était très respectueux, et sa colère se traduisait juste par une déglutition, puis il s'enfermait dans une pièce, pour ne crier sur personne. en fait, j'avais peur du jour où il exploserait. ce jour où toute sa rage allait nous assommer, ma mère et moi. j'étais terrifié, j'avais peur de lui, en quelques sortes. et ce n'est pas normal d'avoir peur de son père, alors j'me rassure en me disant que, de toute façon, j'ai peur d'à peu près tout. commençons par ma peur la plus ridicule qui soit : le noir. attention, pas les personnes noires, mais les pièces sombres. les pièces où l'on doit attendre ce petit temps d'adaptation avant de pouvoir voir quoique ce soit des objets qui s'y trouvent. ce genre de pièce où l'on se prend un meuble facilement. ça, ça me fout la trouille, à un point terrible. et du coup, j'me suis acheté une petite lampe de chevet, qui illumine le plafond de petites étoiles, et ça, ça me calme. parce que le soir, j'peux pas m'endormir sans ma dose de lumière. ni de musique. je m'endors toujours avec de la musique. d'ailleurs, je fais du piano. mais j'ai dû arrêter en arrivant en Australie, parce que je n'avais pas de place pour le mettre, et que c'est quand même pas évident de transporter un piano de Bristol jusqu'ici. en plus, je n'ai plus le temps. parce que l'école et les boulots me bouffent toute ma journée. enfin, quand je dis école, je devrais plutôt employer le terme 'université' parce qu'en toute honnêteté, l'école, c'était vraiment pas pour moi. le collège et le lycée m'ont tué. et je prends pas ça à la légère, j'ai failli y rester. les gens ne m'aimaient pas. j'ai toujours été le plus petit de ma classe, parce que j'en avais sauté une. et puis j'étais pas comme les autres (encore une fois, j'suis qu'un crevard qui sait pas s'fondre dans la masse, crétin) alors c'était difficile de me faire accepter. au début, en fait, tout allait bien. les deux premières années du collège se sont normalement déroulées. bien entendu, j'étais un petit garçon qui restait dans mon coin, un peu studieux et qui se chopait toujours les meilleurs points. mais à la troisième année, ils en ont eu marre de me voir être le premier de classe. alors quand certains me menaçaient et m'obligeaient à faire leur devoir, d'autres me frappaient. m'insultaient. me déshabillaient pour ensuite poser la photo sur leur skyrock. par chance, les réseaux sociaux n'avaient pas autant de succès que maintenant. et j'avais beau en parler à mes parents, rien ne changeait. au contraire. ils étaient venus tous les deux, maintes fois, essayant d'en discuter avec la principale, mais les actes de mes 'camarades de classe' étaient de plus en plus violents. alors tout doucement, j'ai commencé à en parler de moins en moins, histoire que les conséquences diminuent. bien sûr, j'ai commencé par leur dire qu'il y avait eu des renvois, et exclusions, des punitions, et puis tout doucement, je leur ai inventé qu'ils s'étaient calmés et ne s'en prenaient plus à moi. mais ce n'était pas le cas. au contraire. il y a bien eu une exclusion d'une semaine, et après, ça a repris de plus belle. ils me frappaient partout sauf au visage, de sorte à ce que mes parents ne remarquent rien. quelque part, ils étaient en train de m'aider dans mon plan "ne vous inquiétez pas" mais ils le faisaient certainement par intérêt personnel. j'suis passé par tout. être enfermé dans le casier, être frappé, fouetté (oui.), étranglé, étouffé, noyé, mis à nu.. chaque fois qu'ils me torturaient, ils s'arrêtaient à la seconde critique. LA seconde. celle qui pouvait me tuer sur le champ. ils calculaient. à force, ils savaient au bout de combien de temps je commençais à vraiment me sentir pire que mal. et ils s'arrêtaient, pour pouvoir recommencer le lendemain. une fois, ils ont caché mes vêtements après le cours de gym, et j'étais tellement soulagé de ne pas devoir échappé à la mort pour une fois. alors quand ce n'était pas l'humiliation, c'était la torture physique. et quand ma mère est morte, c'était pire. ce n'était plus de l'humiliation, ni de la torture physique. parce que j'étais au lycée, cette fois. alors c'était de la torture mentale. pendant les neuf mois où la santé de ma mère étaient contrôlée par son cancer, ils me frappaient moins fort, m'humiliaient moins, comme s'ils étaient compatissants. parce que je pleurais assez en rentrant chez moi. alors j'me suis dit qu'ils s'en doutaient et pensaient que je ne méritais pas ça. mais quand la prof a annoncé à la classe que je passais par une période difficile et tout ce baratin à la con auquel elle croyait même pas, tout s'est empiré. pourtant, mes notes étaient en chute libre. mais mon corps subissait. il subissait vraiment tous les coups de ces abrutis. et puis j'ai changé d'école. parce que j'avais besoin de reprendre un nouveau départ, et que c'était l'occasion parfaite, puisque mon père venait de se faire muter à Londres. Londres, vous vous rendez compte? tout était beau, à Londres. quand on a déménagé, j'étais aux anges. adieu, lycée d'mes couilles! mon cauchemar prenait fin. et y'avait cette photo d'ma mère, décédée deux mois auparavant, sur mon portable, en fond d'écran. et tous les jours j'pensais à elle, j'aurais même pu prier pour elle si j'avais été croyant. mais ce n'était pas le cas. alors tout c'que j'faisais, c'était me sentir mal, et pleurer. mais en arrivant dans mon nouveau lycée, il y avait cette fille, cette adorable fille. elle m'a littéralement redonné le sourire. elle était venue me parler le jour-même où j'ai débarqué. parce qu'être un nouvel élève en plein milieu de l'année, c'est pas évident. et elle m'a dit toutes ces choses gentilles qui vous donne envie de connaître la personne. et de fil en aiguille, on s'est vraiment apprécié tous les deux. elle m'a emmené à des soirées, et se confiait beaucoup à moi. d'ailleurs, moi aussi j'me confiais à elle. j'avais à peine quinze ans et c'était ma toute première amie! le temps passait, et elle restait. mon père a même cru qu'on était ensemble. parce qu'elle dormait souvent à la maison, et inversement. puis un jour, j'ai tout foutu en l'air. quel abruti. à y repensé, ça m'donne envie d'chialer, et d'me foutre des claques. et d'chialer à nouveau. parce que j'me serais fait mal, putain.. bref.. vous voulez que j'vous raconte? right, ok, j'vais le faire. on était allés à une soirée tous les deux, et elle avait invité son copain. son petit-ami avec qui elle était depuis quelques mois, et que j'avais juste envie d'allonger et d.. putain, à y repenser.. je.. non. non. l'histoire. elle avait amené son mec, et on a bien picolé tous les trois. ils dormaient chez moi le soir, même si c'était la première fois que j'le voyais, lui, mais mon père était pas là ce soir-là, il avait un voyage d'affaires (il bosse dans la finance) et j'avais donc la maison pour moi tout seul. alors on a bu, bu, et re-bu. puis on a joué au jeu de la bouteille avec eux et quelques personnes qu'on connaissait même pas. et c'était marrant, parce qu'on embrassait des inconnus. j'avais embrassé trois filles, donc deux blondes et une rousse. je jouais, c'était l'jeu. mais ensuite, on m'a demandé d'embrasser le copain de mon amie. et pour faire une simple, il s'appelait Jude, et elle s'appelait Lauren. je m'suis exécuté, et j'ai embrassé Jude. et là, les choses ont dérapé. parce qu'il avait mis la langue et que j'm'y attendais pas. parce que j'ai posé ma main sur son torse et que j'ai frissonné. parce que le temps ne comptait plus et qu'autour de moi, rien n'avait plus d'importance. parce que j'avais fermé les yeux, et qu'il l'avait fait, lui aussi. parce que j'étais bien, putain, j'étais terriblement bien. que le goût de ses lèvres ressemblait à une explosion de saveurs du monde entier. et que la douceur de sa peau était utopique. que le regard qu'il a ancré dans le mien à la fin du baiser, étaient de ceux qui ne trompent pas. de ceux qui vous rendent accroc et vous donnent envie de recommencer. et tandis que les autres joueurs criaient des trucs du genre "ouaahhh, c'est chaud", "ouuuuh", "ahaha, vous jouez à fond", je lui avais souri. j'en voulais encore. j'en voulais plus. j'aurais pu ne jamais m'arrêter. ses petits yeux en amande, verts. verts ou bleus, je sais plus, parce que bordel de merde, il faisait sombre. mais j'avais pas peur, j'avais plus peur, parce que sa main s'était posée sur ma joue et que.. et que merde.. il était beau. il était mignon. il était sexy. j'avais juste envie de l'embrasser à nouveau, qu'on rentre chez moi, qu'il se couche sur mon lit et que.. et qu'on fasse l'amour. je voulais faire l'amour avec le petit copain de ma meilleure amie. et j'en avais rien à foutre. j'étais sans scrupule, sans regret, j'm'en foutais putain. alors je l'ai embrassé à nouveau. et autour de nous, tout le monde s'est tu. le choc, peut-être. puis la voix d'une des blondes s'est entendue "eh, c'est une seule fois, hein.." et j'ai entendu Lauren se lever. alors j'ai mis fin au baiser, et elle m'a regardé. elle m'a lancé le même regard que mon père aurait lancé, en cent fois pire. puis elle a pris sa veste et a dit "c'est bon, Melissa. j'crois que le p'tit pd voulait juste en profiter." alors j'me suis décomposé. Jude m'a regardé et a dégluti. j'ai baissé les yeux, et j'ai.. j'ai pleuré.
voilà comment j'ai su que j'étais gay. et pourtant, j'ai essayé. j'ai essayé tant de fois d'embrasser des filles, mais ça me faisait rien. c'était nul. j'avais l'impression qu'une limace rampait sur ma bouche, et puis s'y insérait, parfois. j'ai même essayé de coucher avec des filles, mais c'était juste impossible. y'avait rien d'excitant. et jamais, jamais je n'ai été amoureux d'une nana.
et j'me suis détesté. parce que de toute mon existence, je n'avais eu qu'une seule amie, et c'est le fait d'être homo qui a brisé notre amitié. parce que de toute évidence, je n'aurais jamais su résister à la tentation, mon taux d'alcool était si haut que j'ai manqué le coma éthylique. en rentrant chez moi, j'ai frappé dans les murs, les meubles. j'ai dormi dans l'noir. j'ai fait une crise d'angoisse, et d'asthme aussi. et j'ai repensé à tout ce qu'on me faisait subir au collège et au début du lycée, et j'me suis dit que j'le méritais. parce que Lauren c'était la meilleure. elle acceptait tout. elle était géniale. et moi, j'ai tout foutu en l'air. et quelques jours plus tard, j'ai parlé à mon père de l'homosexualité. parce que la gaypride approchait et j'voulais savoir son avis. et il a froncé les sourcils. il a froncé les sourcils tellement fort que son front était deux fois plus ridé que d'habitude. puis, il a dit, calmement et sur un ton très sérieux : je trouve ça contre-nature. c'est c'que t'es, mickey, t'es contre-nature. t'es une putain d'erreur. et ta vie, tu l'as méritée. si ta vie est aussi pourrie c'est parce que t'es une putain d'épave, une sous-merde. mickey. tu mérites même pas ce prénom.

quelques mois plus tard, pendant les grandes vacances de deux mille quatorze, et après avoir obtenu mon diplôme, j'ai décidé de déménager à Rockhampton, en Australie. parce Lauren me parlait souvent de cet endroit où je ne sais plus quel membre de son immense famille habitait. C'était l'occasion pour moi de reprendre un nouveau départ, de commencer l'université, et au moins ici, personne ne douterait de mon hétérosexualité. je devais être hétéro, et pour ça, j'allais bien m'forcer. mais dans l'avion déjà, j'avais tout foutu en l'air (comme d'habitude.) parce que j'me suis envoyé en l'air avec mon voisin de siège, avec qui j'avais sympathisé. et c'est comme ça que j'ai perdu ma virginité. dans l'avion. enfin.. mon homovirginité, plutôt. mais c'était tellement bon, tellement fort.. tellement intense, tellement passionnel. ça m'a fichu la chair de poule. et ce type, Mickey, est descendu à Sydney. j'ai usurpé son identité, pour en faire mon surnom.

et voilà. environ six mois plus tard, j'suis toujours là. loin d'mon père (il me manque quand même un peu), mais surtout loin de mon ancienne vie. et j'dois dire que j'préfère quand même être ici. pour le moment, j'suis toujours hétéro aux yeux des gens. du moins, je crois. mais j'me hais. j'me hais toujours autant. personne ne me connaît. personne ne voudrait me connaître, surtout. parce que j'suis l'genre qui l'ouvre pas, et qui sourit bêtement. le genre qui dit oui, et accepte tout. le genre qui a le coeur vide, et la tête pleine. le genre qui est toujours à côté d'la plaque, qui a pas d'vraie vie, et qui chiale même plus. j'suis l'genre qui bosse sans arrêt, parce qu'y'a plus qu'ça pour me rendre heureux. et j'suis l'genre gay. le genre putain d'gay. mais j'peux pas. j'peux pas parce que c'est mal. parce que c'est contre-nature. parce que c'est ce qui a détruit ma seule et unique relation valable. parce que ça me dégoûte. parce que je me dégoûte. parce qu'il y a trop d'homophobes. parce que j'peux pas être différent. parce que j'dois paraître normal.

parce que putain, pourquoi j'sais pas écrire de la main droite?


we all know how to be happy.



J'AIMERAIS REJOINDRE LE GROUPE WORK HARD, PLAY HARD

_________________


« i was in the wrong place at the wrong moment. »
mickey ▬ my lovers got humour, shes the giggle at a funeral, knows everybodys disapproval, i shoud've worshipped her sooner. if the heavens ever did speak, shes the last true mouthpiece.

(c) Myuu.BANG!


Dernière édition par a. "mickey" sterya-khôl le Dim 21 Déc - 0:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 131
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 1:21

pour l'avatar je sais pas encore qui prendre, parce que j'ai parlé avec celle qui a réservé dylan o'brien étant donné que j'avais réservé et elle aussi, enfin y'a eu confusion, donc j'attends sa réponse pour savoir si on fait des jumeaux ou pas, et si elle veut vraiment pas, je prendrai thomas brodie-sangster, donc en gros j'attends.

_________________


« i was in the wrong place at the wrong moment. »
mickey ▬ my lovers got humour, shes the giggle at a funeral, knows everybodys disapproval, i shoud've worshipped her sooner. if the heavens ever did speak, shes the last true mouthpiece.

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 509
Date d'inscription : 08/11/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 9:28

LAURAAAAA.
bienvenue sur htbh, j'espère que le forum te plait ma belle. bon courage pour ta fiche !! I love you sinon, tu peux venir me mpotter au moindre souci ou quoi tmtc.
PUIS, que ce soit dylan ou tbs, tu vas respirer le sexyness.
btw, nous faudra un joli lien.

_________________
But love doesn’t make sense.
"Someone will fall in love with you. Your flaws, scars, someone will. They’ll love you for you. They’ll fall in love with you. No one else, just… you. Maybe you haven’t met them yet, but there is someone out there wondering what you’re like. You’ll meet them, I promise."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 79
Date d'inscription : 19/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 11:30

Attendez je vais chercher une serviette pour éponger toute la bave que je viens de foutre partout Bienvenu ici ! Nous faut OBLIGATOIREMENT un lien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 12:33

bienvenue et mickey comme prénom ça gèreeeee

_________________
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part.▵ ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 12:56

lauraaa bb. dylaaaan. je veux que t'aies dylan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 13:03

bienvenue sur htbh I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 13:08

welcooooome, que tu prennes dylan ou thomas, je viendrais te quémander un lien
Revenir en haut Aller en bas
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 131
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 13:19

GUYYYYYS ELLE M'A DIT QUE JE POUVAIS PRENDRE DYLAN ET ELLE PREND BRITT R.
elle est trop gentille je. :love:

regan dans le bouquin que je lis actuellement, y'a une nana qui s'appelle regan.    et adelaide est tout simplement magnifique. je ne la connais pas autrement que par les forums, mais elle est..... merci beaucoup, et oui, il nous faudra un lien ehehe.

cameron tu baves comme un petit bb   merci beaucoupppp, on se garde un lien.  

thymeo ohhh j'avais ce prénom sur un fo merci beaucouuuup.

bbsher j'ai eu dylan. et j'ai hâte d'avoir un lien de la mort qui tue avec toi cette fois

theoxanne ow j'avais ce prénom pour un rpg enfin, sans le h! merci beaucoup en tout cas

maia ça marche! j'te réserve ça
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 128
Date d'inscription : 19/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 17:05

J'aime trop le prénom
Et puis Dylan quoi
Bienvenue, j'ai hâte d'en savoir plus sur le bonhomme

_________________
And we can whisper things secrets from our American dreams + Let me go I don't wanna be your hero. I don't wanna be your big man, I just wanna fight with everyone else. Your masquerade, I don't wanna be a part of your parade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 509
Date d'inscription : 08/11/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 17:51

j'suis trop heureuse que t'es pu avoir dylanchou.
adelaide joue dans la s3 de teen wolf et dans reign.

nehfqilsnkqezhu:
 

_________________
But love doesn’t make sense.
"Someone will fall in love with you. Your flaws, scars, someone will. They’ll love you for you. They’ll fall in love with you. No one else, just… you. Maybe you haven’t met them yet, but there is someone out there wondering what you’re like. You’ll meet them, I promise."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 131
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 18:06

kenneth est-ce que tu ship sterek?  
parce que si oui, moi je ship plus que fort sterek, je. c'est probablement mon ship préféré ever donc je je je.   enfin. je.  
enfin si ton personnage est un tant soit peu gay sur les bords, j'crois que ce serait le meilleur cadeau de noël que j'puisse avoir

regan ahhhhhhhhh je l'ai même pas reconnue, je crains ils sont trop beaux  

_________________


« i was in the wrong place at the wrong moment. »
mickey ▬ my lovers got humour, shes the giggle at a funeral, knows everybodys disapproval, i shoud've worshipped her sooner. if the heavens ever did speak, shes the last true mouthpiece.

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 428
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 18:45

lauraaaaaaaaaaaaa dylan est un très bon choix puis le pseudo bienvenue à la maison et bon courage pour ta fiche si t'as une questio, tu sais où sonner ? tu veux qu'on te réserve dylan ? I love you

_________________
Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
ucucuc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 131
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Sam 20 Déc - 19:31

ineeeesss t'as vu? oui j'avoue que j'aime son prénom enfin, ses prénoms plutôt ahahahah merci beaucoup et oui, merci oui je veux bien, à la place de thomas du coup

_________________


« i was in the wrong place at the wrong moment. »
mickey ▬ my lovers got humour, shes the giggle at a funeral, knows everybodys disapproval, i shoud've worshipped her sooner. if the heavens ever did speak, shes the last true mouthpiece.

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 509
Date d'inscription : 08/11/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Dim 21 Déc - 10:07

bordelou t'écris tellement bien.
et j'adore tellement ton personnage.
puis j'avais une idée de lien mais je sais pas si ça conviendra...
en tout cas, tout est perf, jte valide.

_________________
But love doesn’t make sense.
"Someone will fall in love with you. Your flaws, scars, someone will. They’ll love you for you. They’ll fall in love with you. No one else, just… you. Maybe you haven’t met them yet, but there is someone out there wondering what you’re like. You’ll meet them, I promise."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 79
Date d'inscription : 19/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Dim 21 Déc - 10:51

Désolé l'homo de la famille c'est le petit frère ! Pas le grand !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 131
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   Dim 21 Déc - 12:10

regan ahhhh, merci c'est trop gentil.
mon personnage ciloumillourdoumounde. ( bon ok p'tet pas )
j'crée une fiche de liens et j'file te demander quelle état ton idée
meeeeeeerciiiiiiiiiiiiii.
cameron quel dommage

_________________


« i was in the wrong place at the wrong moment. »
mickey ▬ my lovers got humour, shes the giggle at a funeral, knows everybodys disapproval, i shoud've worshipped her sooner. if the heavens ever did speak, shes the last true mouthpiece.

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)   

Revenir en haut Aller en bas
 

❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ❄ we were born sick, you heard 'em say it. (mickey)
» We were born sick, you heard them say it. (Jules)
» I was born sick, but I love it | Étoile Boréale
» Haitian Population: Sick and Tired but Still an Asset‏
» Born to kill all lives...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
how to be happy. :: step two :: born to die :: we can be heroes-