AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 these violent delights have violent ends.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 71
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 22:31

Être heureux est merveilleux, mais il est encore plus merveilleux de rendre quelqu’un heureux.
austin rodriguez
NOM ≈ rodriguez. loin des habituelles consonances américaines, il provient de ses lointaines origines espagnoles. pourtant aujourd'hui, ce nom résonne comme un sombre héritage à ses oreilles. PRÉNOMS ≈ austin, comme la capital du texas. ses parents étaient particulièrement attachés à cette ville, puisque ce fut le lieu de leur première rencontre. SURNOM(S) ≈ écrire ici ÂGE ≈ vingt-trois ans. vingt-trois ans qu'il rouvre ses paupières chaque matin. DATE DE NAISSANCE ≈ un certain treize mars. LIEU DE NAISSANCE ≈ ici même, dans cette ville qu'il n'a quitté qu'un court laps de temps. ORIGINES ≈ des traces d'espagnol dans le sang. NATIONALITÉ ≈ australienne. ORIENTATION SEXUELLE ≈ hétérosexuel. STATUT SOCIAL ≈ satisfaisante. certes, il ne roule pas sur l'or mais l'héritage qu'il a touché à sa majorité, ainsi que son petit job lui permettent de vivre tranquillement. STATUT CIVIL ≈ célibatairement amoureux. MÉTIER ET/OU ÉTUDES ≈ il fait des études de langues associé à son job de barmaid quatre nuits par semaine histoire de pas dormir sous les ponts. GROUPE≈ family buisness, parce que oui, austin il a deux familles. AVATAR ≈ julian schratter. CRÉDITS ≈ avatar: pretty young thing; icon: ecstatic ruby.



QUALITÉS ≈ sociable, protecteur, ouvert, rêveur, drôle, généreux.
DÉFAUTS ≈ taquin, moqueur, fêtard, charmeur, rancunier, impulsif, désorganisé.



Austin a toujours vécu dans une famille aimante et soudée, pourtant après le décès de ses parents, les Rodriguez ont implosé de l'intérieur. Son petit frère et sa petite sœur ne veulent plus revenir dans cette ville hantée par leurs souvenirs. Austin lui, a préféré revenir dans sa ville natale, ne pouvant s'exiler définitivement  de son passé. ≈ Il vit dans un petit appartement pas très chère. C'est un lieu rempli de tout et de rien, à la fois masculin et poétique, il décore et tag les murs avec ses créations, puis récupère des meubles qu'il transforme pour une bouchée de pain. ≈ Il fait des études de langues, parlant parfaitement l'anglais, l'espagnol et le français. Son futur métier reste pourtant encore flou dans son esprit mais les études de langue s'étaient imposés comme une évidence à ses yeux. ≈ La guitare et le dessin sont ses deux grandes passions. Son âme vibre à travers l'alliance parfaite des couleurs, des changements de lumières et des ombres. Son crayon est le prolongement de son bras qui glisse délicatement sur le papier vierge brisant sa monochromie. Il devient très vite insupportable lorsqu'il n'a pas son carnet à dessin sur lui. Si ça ne tenait d'ailleurs qu'à lui, il vivrait de son art et se posterait dans la rue afin de dessiner le portraits des passants. Pourtant il sait que ses parents auraient aimé qu'il fasse des études alors le jeune homme obéit simplement. ≈ Il aime faire la fête, il n'est d'ailleurs pas rare qu'il écume les bars et la rue avec ses amis de toujours. Cette petite bande de potes qu'il considère désormais comme sa deuxième famille. Il se sent réellement vivre lorsqu'il est en leur compagnie, loin de tout ses soucis. ≈ Il porte des lunettes  mais ne les met que très rarement. Pas parce qu'il n'aime pas, mais tète en l'air comme il est, sa paire de lunettes est sa dernière préoccupation. Par conséquence, il plisse souvent les yeux pour mieux voir. ≈ Il a le coeur sur la main. Il a le plaisir d'offrir mais pas à lui. L'intérêt des autres passe avant le sien, c'est ça ou rien. Il sait qu'il se fait parfois avoir mais, Austin, il s'en fiche, tant que ces proches ont ces stupides sourires accrochés au visage. ≈ Il a recueillis un chiot il y a trois mois, un petit labrador pur race qu'il vous dira. Il ne le trouve pas si beau mais c'est surement pour ça qu'au final, il le trouve attachant. Son petit nom c'est Nuts. Il s'est toujours juré de ne jamais devenir comme toutes ces personnes un peu trop accro à leurs animaux, mais mauvaise pioche, il ne faut jamais dire jamais.  
que pense-tu d'happiness et de son blog ?
J'en sais trop rien. Enfin si, tout ce que je sais c'est qu'il faudrait me trancher la langue pour que je lise chacun de ses articles. Je me dis que chacun fait ce qu'il veut, on est tous libre de lire ou pas ses articles. Certes, certains d'entre eux sont plutôt intéressants, mais de là à dire que cette personne a réponse à chaque problème de notre vie... Après tout, qu'on s'le dise, le bonheur c'est pas une recette magique.

crois-tu au destin ?
Ça aussi j'en sais rien. Ma mère y croyait, au destin. Et aujourd'hui elle est plus là. Alors était-ce son destin de périr dans un vulgaire accident de voiture ? Est-ce que tout est écris quelque part, et que malgré tout nos efforts on serait condamnés à suivre notre destin ? Non. Peut-être que je fais preuve de mauvaise-fois mais je ne pense pas que notre vie soit tracée à la seconde prés. Pour moi, il y a bien des actes, des paroles qui pourraient modifier notre futur aussi infimes soit-elles.

selon toi, le bonheur c'est quoi ?
Mes parents m'ont apprit que le bonheur c'était avoir un toit sur sa tète, à manger dans son assiette et des personnes aimantes autours de nous. Si c'est ça le bonheur, alors ouai, j'pense que je suis heureux. Mais comme je l'ai dis avant, le bonheur c'est pas une recette magique. Puis peut-être qu'au fond, le bonheur c'est simplement les petits plaisirs du quotidien.  
PSEUDO/PRÉNOM ≈ redcoat/tania (oui, on dirait un prénom de prostituée russe, ET ALORS ?  ). ÂGE ≈ dis-sept ans, bientôt dix-huit yolo. SEXE ≈ tu peux venir vérifier . PLANÈTE/PAYS/RÉGION ≈ pluton, système solaire. (sinon en vrai c'est dans le nord-est. là où on bouffe de la choucroute et des bretzels .) LES LICORNES, TU AIMES ? ≈ j'sais pas, ça dépend si elles sont roses ou pas . T'AS PAS ENVIE D'ÊTRE UN PANDA, TOI ? ≈ j'préfère les koalas, c'est plus classe. TU NOUS AS CONNU COMMENT ? ≈ bazzart. ON EST BAISABLE OU PAS ? ≈ avec des questions comme ça, carrément oui . UNE PROPOSITION OU SUGGESTION A NOUS FAIRE ? ≈ nope. UN DERNIER TRUC A DIRE POUR TA DÉFENSE ? ≈ un jour, le beurre de cacahuète dominera le nutella.
Code:
<b>julian schratter</b> ≈ austin rodriguez.
we all know how to be happy.


Dernière édition par austin rodriguez le Sam 27 Déc - 13:15, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 71
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 22:32


onze ans.
Les rires résonnaient inlassablement dans la petite demeure des Rodriguez. Et si tout enfant naturellement constitué s'ennuierait un minimum sans la présence de ses géniteurs, les trois enfants étaient quant-à-eux ravis de découvrir les plaisirs d'un monde sans adulte. Et si la banalité les avait contraint à sauter dans leur lit pour une bataille d'oreillers improvisés, il ne fallut qu'une dizaine de petites minutes pour que les deux cadets laissent leur originalité dominer leur plan. Impossible de savoir qui de Julian ou de Drew eurent cette fameuse idée, mais il ne fallut qu'un petit laps de temps pour que leurs matelas se retrouvent au sol, soigneusement disposés en haut des escaliers. Les trois Rodriguez s'allongèrent alors de tout leurs longs sur ceux-si. Pourtant, Austin, en bon grand-frère, commençait à se rétracter face à la hauteur des escaliers, mais les deux petits étaient quant-à-eux bien disposés à mettre en vigueur leur petit plan. « Hum... c'est dangereux vous savez... » lança-t-il en fronçant les sourcils. Les joues de la petite fille se gonflèrent instinctivement avant de laisser un souffle d'exaspération s'échapper entre ses lèvres rosées. « Tu veux peut-être une couche avant de faire le grand saut ? » répliqua instinctivement la jeune-fille alors qu'elle détournait son visage enfantin vers celui de son aîné. Sans attendre un instant de plus, Julian étira rapidement sa main vers son frère et sa sœur, se penchant vers le bas afin avant que leurs matelas dévalent les escaliers. Les bosses s'enchaînaient, les enfants s’agrippaient à leur matelas, accentuant les rires, puis le matelas atterrit enfin au bas des marches. Deux petits sourires victorieux apparurent sur les fines lèvres des deux cadets, fières d'avoir réussis leur coups. « Ça va, tes fesses ont survécu ? » lança la jeune demoiselle envers son aîné avant d'éclater de rire. « Julian, je crois que la petite sœur mérite une bonne correction. » prononça Austin en se remettant sur ses pieds afin de se diriger vers la cuisine. «  Bataille d'eau ! » vociféra alors Julian en suivant son grand-frère d'un pas rapide, bien déterminé à arroser la demoiselle.

+++

quatorze ans.
Les rires résonnaient inlassablement dans la petite demeure des Rodriguez. Austin venait de rentrer  du lycée fermant ainsi la porte derrière lui. Il alla embrasser ses parents puis envoya valser ses affaires dans sa chambre. Alors que ses pieds foulèrent l'entrée du salon, ce-dernier ne fut pas étonné par lui bruit qui régnait dans la pièce.  De petits doigts guidaient habilement le stick d'une manette, faisant ainsi résonner des cliquetis répétitivement. « Elle est encore là, l'asticot ? » lança-t-il en s'approchant du sofa afin de passer sa main dans la crinière de la jeune demoiselle, lui ébouriffant ainsi sa chevelure dorée. « Tais-toi Austin... c'est pas le moment... » prononça-t-elle les prunelles encrées sur l'écran coloré. Habituellement cette remarque l'aurait fait sortir de ces gonds, n’appréciant pas être traitée comme une gamine, mais la concentration dont elle faisait preuve à cet instant là  l'imperméabilisait contre les taquineries du jeune homme. « GAGNÉ ! Anya 7, Julian 3. Et pan ! » s'exclama-t-elle en assénant le coup final à son adversaire de toujours. « Mais c'est pas possible ! Je suis sûr que tu triches ! » répliqua le brun à sa meilleure amie, vexé d'avoir vu passer la victoire sous son nez. « Donne moi ça Julian, on va lui montrer qu'est ce que valent les Rodriguez. » dit Austin un sourire en coin avant que la jeune fille ne puisse répondre quoi que ce soit. Il prit alors place aux coté de son petit frère et s'empara de sa manette, refusant que ce-dernier se fasse laminer pas une fille.

+++

dix-huit ans.
Les rires résonnaient inlassablement dans la petite voiture des Rodriguez, bien que les deux cadets n'étaient pas présents. Les adultes étaient justement sur le chemin du domicile des amis de leurs enfants puis partiront dîner en famille dans un restaurant sans prétention. C'est la mère de famille qui l'avait choisi malgré les soupirs de Mr Rodriguez. Elle avait promis à son fils aîné une paella meilleure que la sienne, il avait du mal à y croire. Pourtant, il n'y ont jamais goûté. Austin n'eut même pas le temps de comprendre ce qu'il se passait, que la voiture avait commencé par se retourner. Un, deux, trois quatre tonneaux et puis plus rien. Du noir. Du vide. Du néant. Du rien. 

Quelqu'un bouscula la main du jeune homme afin de lui faire ouvrir les yeux, mais il n'y arrivait pas. Il entendit des voix lointaines s'affoler autour d'eux.  « Réveille toi mon grand, réveille toi. »  Ses paupières s’entrouvrirent, le visage qu'il aperçu était flou, il avait mal à la tête, il avait mal partout. La lumière jaunâtre du réverbère l'éblouit. Il réussis pourtant à appeler ses parents dans un murmure à peine audible. « J'ai froid. Maman, Papa... » chuchota-t-il doucement, ce n’était pas tant une réponse que des mots à peine soufflés qui lui écorchaient les cordes vocales et le cœur, tout en même temps. Puis de nouveau plus rien.
Il se réveilla quelques longues heures plus tard, les jambes engourdies, le bras dans le plâtre ainsi que cette plaie brûlante sur sa joue, celle qui deviendra des années plus tard la cicatrice dont tout le monde parlera. Il ne souffrait plus, les anti-douleurs fonctionnaient. Il demanda où ils étaient, où étaient ses parents, ainsi que son petit frère et sa petite sœur. Il n'oubliera jamais le regard qu'il reçu pour seule et unique réponse. Ils l’emmenèrent alors dans une petite pièce où son frère et sa sœur étaient assis sur une chaise, enlacés l'un contre l'autre. Brisés, meurtris, vides.

+++

vingt-et-un ans.
« Tout c'est passé très vite après ça, vous savez. Ils voulaient déménager, vendre la maison et tout ce qui vous appartenaient, faire table raz. Ils disaient que c'était pour notre bien. Qu'on avait besoin de repartir à zéro. Mon cul, oui ! On avait besoin de se souvenir, de se recoucher dans votre lit comme on le faisait avant de rejoindre les nôtres, de regarder vos photos, de nous entendre raconter votre vie. On n'avait pas besoin d'eux, de cette tante et cet oncle qui sortaient de nul part et qui voulaient nous emmener. Je ne voulais pas partir avec eux dans une autre ville, je ne voulais pas partir tout court. Je leurs ai demandé de ne pas nous emmener, de rester ici, chez nous. Mais ils ont plongé leurs sombres prunelles dans les miennes. Vous savez ce que j'y ai vu ? Du noir. Du vide. Du néant. Du rien. Les seules choses dont je me souviens de l'accident, je les ai retrouvées dans leurs regards. Mon frère et ma sœur souffraient. J'avais peur de les perdre eux aussi alors je n'ai rien dit de plus. Puis nous sommes partis pour ne plus jamais revenir dans cette maison hantée par nos souvenirs. »

C'était désormais une habitude pour Austin d’aller faire un tour au cimetière. Il était revenue en ville quelques mois après sa majorité. Il avait gardé le même état d'esprit qu'auparavant. Oui, il ne pouvait pas se résoudre à partir définitivement, sa vie était ici. Il était né ici, avait grandi ici, avait perdu ses parents ici. Malheureusement ce n'était pas l'avis de son frère et de sa sœur alors il était revenu en solitaire même si ça lui déchirait le cœur de laisser ses deux énergumènes seuls avec leur tante.
Il était assis devant les tombes de ses parents, comme lorsqu'il s'asseyait sur les genoux de sa mère étant gosse. C'était juste plus froid. Il leur parlait avec ce stupide sourire en coin, finalement c'était devenue normal pour le jeune homme. Peut-être était-il devenu un peu fou avec le temps.

+++
vingt-et-un ans et demi.
Les rires résonnaient inlassablement dans l'air ambiant. Austin était assis à même le sol. Ses affaires étalées sur le goudron, il venait de déposer son éternel carnet prés de son sac. Sur le carnet encore ouvert, on pouvait apercevoir le visage de sa tendre sœur qu'il griffonnait depuis une dizaine de minute. Ce visage qu'il n'avait pas revu depuis plusieurs mois maintenant. Si on tournait les pages du vieux carnet, on aurait put découvrir des portraits de son frère, de sa sœur, des ses défunts parents... mais également de ses amis. Il les avait chacun représenté à sa manière, dans l'élément qui leurs seyait le mieux. Ces artistes en qui il avait trouvé une seconde famille. Il aimait les regarder s'amuser, rire, danser. Tant qu'il était à leurs côtés, rien ne pouvait lui arriver. Il se sentait revivre avec ces esprits bohèmes. Il était libre, libéré de toute contrainte et d'obligation. Le jeune homme avait entendu ses compatriotes pousser la chansonnette alors il agrippa sa guitare au vol et se redressa. Ses doigts grattèrent les cordes de l'instruments en rythme avec l'autre guitariste alors que les danseurs improvisaient des pas de danse. Le cœur du brun dansait également. Il dansait jusqu'à plus souffle. Son esprit virevoltait, ses yeux se fermèrent. Il s’imaginait parti avec eux, peut-être sur le haut d’une montagne enneigée ou à mile lieux sous terre. Il n'en savait rien. Et à vrai dire, il n’en avait pas grand chose à faire, il s'imprégnait simplement de l'instant présent comme une nouvelle bouffée d'air.

+++
vingt-deux ans.
La route était noire. Seule la lumières des réverbères illuminaient le chemin du jeune homme. Le brun venait de terminer son boulot, retournant ainsi à son domicile. Assis dans sa voiture, il s'arrêta à un feu rouge. L'air maussade, d'humeur lasse, il possédait l'humeur assortie au de temps la journée : pluvieux, sombre, lourd. Il tourna alors la tète vers un vieux parc délabré. Son regard fut attiré par une tache blanche au milieu des balançoires. Il plissa les yeux et distingua une forme humaine, une jeune fille sans aucun doute. Elle ne bougeait pas, son cors était immobile.  Pourtant son visage l'intriguait. Il n'était à quelques mètres du parc et pouvait donc apercevoir les traits de la demoiselle. Intrigué, il attendit que le feu vire au vert afin de se garer sur le trottoir le plus proche. Il sortit alors de son véhicule et entra dans le parc. Plus il s'approchait, plus l'image de la jeune fille devenait nette. Il comprit alors qu'elle était entrain de manger, un sandwich surement. Un sourire s'esquissa alors instinctivement sur ses lèvres. Il l'avait reconnu, c'était elle, la petite fille qui passait la plupart de son temps chez eux, la meilleure amie de son petit frère. L'asticot était belle dans sa robe blanche. «  Anya ?... Ouaw, ça fait... longtemps. Qu'est-ce-que tu fais ici, à manger toute seule dans le noir ? » prononça-t-il alors qu'il arrivait à sa hauteur.

La jeune demoiselle n'avait pas tout de suite répondu à ses questions, Austin lui proposa alors de l'emmener manger un vrai repas qui lui remplira réellement le ventre. Devant les réticences de la jeune blonde, le jeune homme su se montrer convainquant. Il se retrouvèrent alors dans un fast-food à engloutir des hamburgers. Elle lui expliqua finalement ce qu'il se passait. Sa situation familiale laissait à désirer, elle se sentait exclue, alors elle avait pris l'habitude de manger seule dehors. Puis, en bonne âme charitable, Austin l'offrit son toit. Il lui proposa de vivre chez lui quelques temps, puisque après tout il la connaissait depuis qu'elle portait des couches-culottes. Elle lui rappelait son frère et sa sœur, au fond.
we all know how to be happy.


Dernière édition par austin rodriguez le Dim 21 Déc - 21:46, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 22:34

Ah l'poto il est là I love you
Bonne chance pour ta fiche, j'ai hâte de pouvoir rp avec toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 428
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 22:35

juliaaaaaaaaaaaaaaaaaan et le pseudo quoi bienvenue mon beau et bon courage pour ta fiche et si t'as besoin d'aide, emmène-moi dans un coin sombre et je me ferai un plaisir de te répondre

_________________
Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
ucucuc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 79
Date d'inscription : 19/12/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 22:39

Mwahahaha je vais faire fortune en vendant des calendriers sexy des mecs de la ville !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 509
Date d'inscription : 08/11/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 22:50

EEEH, ce serait pas mon ex que j'vois là ?
faut qu'on se mporn pour voir mieux le lien d'ailleurs.
en tout cas, bienv'nue sur htbh joli monsieur. tu sais me trouver si jamais t'as une question.
au zizir de te lire. :yes:

_________________
But love doesn’t make sense.
"Someone will fall in love with you. Your flaws, scars, someone will. They’ll love you for you. They’ll fall in love with you. No one else, just… you. Maybe you haven’t met them yet, but there is someone out there wondering what you’re like. You’ll meet them, I promise."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 22:54

hey you bienvenue par ici beau mâle
Revenir en haut Aller en bas
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 71
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 23:10

que de beau monde ici .

Ed + oui il est enfin là . merci ! moi aussi j'ai hâte, les rps promettent .

Arabella + j'aime trop ton avatar de zoe . merciiii . d'accord, je note ça dans un coin de ma tète parce qu'une proposition comme ça, ça se refuse pas .

Cameron + le pseudo + l'avatar . (j'avais hésité à appeler austin cameron en plus ). je suis sûr qu'en vendant des photos de toi ça reviendrait au même résultat .

Regan + c'est bien ton ex, en chair et en os . merci, je te mporn dés que j'ai finis ma fiche pour le lien .

Maya + lovato . merci belle créature .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 428
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 23:19

oh, un ex de ma reggie toi, ça va pas sentir bon pour tes fesses mais la proposition tient quand même pour le coin sombre, très sombre

_________________
Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
ucucuc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 337
Date d'inscription : 19/12/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Sam 20 Déc - 23:36

JULIAAAN OMGADDDDD
bienvenue

_________________
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part.▵ ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Dim 21 Déc - 0:49

Très bon choix d'avatar et bienvenue chez nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 131
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Dim 21 Déc - 12:52

aaaah, pourquoi il est hétéro je.
quel bon choix d'avatar, quel beau titre, quel beau pseudo, quelle belle fiche.
bienvenue sur le forum et j'ai hâte d'avoir un lien de fou avec toi

_________________


« i was in the wrong place at the wrong moment. »
mickey ▬ my lovers got humour, shes the giggle at a funeral, knows everybodys disapproval, i shoud've worshipped her sooner. if the heavens ever did speak, shes the last true mouthpiece.

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 128
Date d'inscription : 19/12/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Dim 21 Déc - 17:11

JULIANJULIANJULIAN
J'aime beaucoup ce que tu as déjà écrit
Bienvenue

_________________
And we can whisper things secrets from our American dreams + Let me go I don't wanna be your hero. I don't wanna be your big man, I just wanna fight with everyone else. Your masquerade, I don't wanna be a part of your parade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 71
Date d'inscription : 20/12/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Dim 21 Déc - 19:04

Vous voulez me tuer avec ces choix d'avatars de fou ? , merci pour vos messages .

Arabella + j'te promets que j'ai jamais rien fais à Regan , range ton fouet . oh non, garde le pour le coin sombre .

Michey + HAN. DYLAN . "avatar: dylan o'brien putain", c'est exactement la réaction que j'ai eu . merci, avec plaisir pour le lien .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Dim 21 Déc - 19:56

Bienvenue parmi-nous,
et trés bon choix d'avatars
(gardes-moi un petit lien ! )
Revenir en haut Aller en bas
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 428
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    Dim 21 Déc - 21:09

ok, je suis juste amoureuse d'austien, il est perf ce gars je te valide et ta fiche est juste un plaisir à lire

_________________
Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
ucucuc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: these violent delights have violent ends.    

Revenir en haut Aller en bas
 

these violent delights have violent ends.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Baggins of Bag End..Bilbo le Hobbit ( En cours )
» HARLEY ■ Death ends a life, not a relationship.
» MILLS ◊ till the world ends
» Juliet~Every song ends, but is that any reason not to enjoy the music?
» Stargate Atlantis - The adventure will never ends

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
how to be happy. :: step two :: born to die :: we can be heroes-