AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 dylan (+) Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 150
Date d'inscription : 14/01/2015

MessageSujet: dylan (+) Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.   Mar 17 Fév - 22:37


Dès qu'on l'a vu, son absence est affreuse ;
Dès qu'il revient, on tremble nuit et jour ;
Souvent enfin la mort est dans l'amour ;
Et cependant... oui, l'amour rend heureuse !

Marceline DESBORDES-VALMORE



Il est tôt encore ce matin, le soleil caresse à peine les joues blanches de sa moitié, elle la regarde, de ses yeux brillants et amoureux, lui souriant comme pour bercer ses rêves de son amour immense, sous leurs draps cotons et chauds, elle se demande pourquoi la chance l'a tant gâtée, pourquoi elle, pourquoi elle l'aime si fort, mais la réponse, elle l'a connait, parce qu'elles sont inséparables depuis tant d'années, parce que rien ni personne ne peut remettre en doute leur attachement, leur amour, leur confiance, leur couple est solide, en avance sur son temps, sur leurs âge, et c'est là qu'est leur force, elles ne sont qu'un, depuis des années et à tout jamais.

Sans un bruit, sans détacher ses yeux de celle qui dort encore, Juno quitta le lit conjugal sur des pas de chat, enfilant un pull de son épouse et quittant la chambre, elle se dirigeât vers la cuisine pour confectionner un petit déjeuner de reine pour sa reine, pancakes, oeufs brouillés, café doux, elle était derrière les fourneaux, simplement vêtue d'un pull trop grand pour elle, elle chantonnant une chanson entendue à la radio, joyeuse comme à son habitude, elle était toujours pleine d'attention pour sa moitié, toujours prête à tout pour son bonheur.

_________________
Pâle et sans bruit rêver avec l'amour, le temps jaloux qui trompe et qui dévore, l'oiseau captif qui languit près de moi, tout ce qui passe, et qu'à peine je vois, me trouve seule... seule ! Mais vivante encore, de toi !
Je dis ton nom dans ma gaîté rendue, je dis ton nom quand je rapprends les pleurs. Dans le désert la colombe perdue ne sait qu'un chant pour bercer ses douleurs. Égide chère à ma vie embrasée, mes yeux, mon coeur, mes voeux, mes pas s'élancent, vers toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 68
Date d'inscription : 20/01/2015

MessageSujet: Re: dylan (+) Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.   Jeu 19 Fév - 0:11


white lips, pale face
breathing in snowflakes
✻✻✻


Elle est là. Et il y a Juno aussi, et Alexis, et ses parents, et d'autres gens, des gens qu'elle ne connaît pas ou qu'elle n'a jamais vu. Il y a ce flic sur lequel elle a vomi l'autre fois, un gars avec qui elle boit en soirée. Il y a des gens des quatre coins de la planète, des gens d'ici, des gens d'ailleurs, des gens de partout. Et ils la regardent tous. Elle est leur reine, leur modèle. Dans sa salopette en jean et ses Adidas blanches, Dylan se sent neuve, bien. Elle se sent reine. Puis elle voit des palmiers partout, elle est sur une plage de Californie. Elle voit le soleil, elle peut le voir sans que ses yeux ne brûlent. Alors elle sourit, d'un sourire à faire pâlir d'envie la ville entière, d'un sourire à décrocher les étoiles. Elle voit Juno partir, s'envoler au loin. Elle voit un verre de café apparaître au loin et les ingrédients d'un petit-déjeuner. Et le temps qu'elle comprenne, elle s'est déjà réveillée.  
C'était un joli rêve, personne ne le remet en cause, mais la réalité est encore plus belle. Encore plus douce. Encore plus heureuse. Et la réalité est vraie, Juno est vraie, leur vie est vraie. Leur vie est tout ce dont Dylan a pu rêver. Elle n'a pas besoin de rêver pour espérer, la blonde, alors elle s'étire, baille, se frotte les yeux, essaye sans succès de se recoiffer rapidement et sort de son lit d'un coup sec. Elle enfile un jogging posé sur une chaise, un vieux tee-shirt trop grand pour elle, se fait un chignon rapide et sort de sa chambre. Elle a senti la bouffe, Dylan, et elle ne sait pas résister. Et voilà Juno, qui s'affaire en cuisine. Dylan sourit, admirant béatement la femme qu'elle aime. Cette dernière fait des œufs brouillés et n'a pas vu sa moitié arriver, puisqu'elle lui tourne le dos. Alors Dyl s'avance discrètement et doucement, elle enroule ses bras autour de la taille de Juno, lui embrasse délicatement le cou et murmure : « Bonjour mon cœur. » Et puis, parce que Dylan n'est pas la romantique des deux, elle croque dans un pancake.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 150
Date d'inscription : 14/01/2015

MessageSujet: Re: dylan (+) Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.   Jeu 19 Fév - 8:21


Dès qu'on l'a vu, son absence est affreuse ;
Dès qu'il revient, on tremble nuit et jour ;
Souvent enfin la mort est dans l'amour ;
Et cependant... oui, l'amour rend heureuse !

Marceline DESBORDES-VALMORE



Sa vie, elle en était fière, bien quejeune encore, elle avait déjà vu beaucoup de choses, connue de beaux moments, son enfance heureuse au sein de sa famille, la rencontre avec Dylan a l'école primaire, et même si son ciel a été assombri quand ses parents lui ont déclaré la guerre, le bonheur, ou le destin à tout arrangé, Juno a été recueillie par les MacKenzie, ils l'ont emmené partout avec eux, la laissant vivre son histoire d'amour avec la douce Dylan, et, le plus beau, lors d'un voyage en Inde, ils les ont marié, prétextant qu'ainsi les parents de Juno ne tenteront plus de la récupérer, mais les deux amoureuses savaient bien que les parents de Dylan les ovulaient encore plus soudé et leur donner une belle vie d'amour et un futur à dessiner ensemble.
Juno était donc mariée avec la fille qu'elle à toujours aimé, son amour d'enfance avec qui elle jouait au départ, jeu qui est devenu amour, amour qui est devenu passion, passion qui est devenue vie, voir même oxygène, toute sa vie à tourné autour de Dylan, de son enfance à aujourd'hui, à demain et aux années à venir.
Romantique, passionnée, coquine, attentive, Juno était et restera la femme parfaite, toujours prête à être derrière les fourneaux, à dépenser son salaire dans un resto chic pour faire plaisir à sa femme, elle a toujours été ainsi, déjà petite elle usait de son argent de poche pour tout acheter à Dylan, son bonheur c'est Dylan, elle n'a besoin de rien de plus dans sa vie.
Jeune mais mature et sachant déjà ce qu'elle veut dans la vie, Juno est devenue apprentie serveuse dés leur arrivé en Australie, choix des parents de Dylan comme habitation, la famille c'est installée ici, et les deux épouses se sont trouvé un grand appartement, vivant leur vie de couple magique librement, sous la surveillance des parents MacKenzie bien sur, bien que Dylan soit plus vieille, ils s'inquiétent toujours pour la jeune Juno, ce qu'elle aime bien elle doit l'avouer, elle a toujours aimé qu'on lui porte de l'attention, sans pour autant en profiter, car, ce qu'elle veut elle, c'est que sa femme l'aime, qu'elle soit heureuse et qu'ensemble elles fondent une famille.
" Bonjour madame Mackenzie, bien dormi? " Sa femme était debout, l'odeur du déjeuner l'avait tiré du lit, Juno le savait, c'est pour ça qu'elle faisait le déjeuner tout les jours plutôt que de la réveiller, au moins elle savait que Dylan serrait souriante au réveil, elle se retourna alors, abandonnant la surveillance des œufs brouillé pour sourire a sa belle qui était déjà en train de manger, l'air amusé, elle la tira tout contre elle, l'enlaçant tendrement et la laissant manger, se contentant de l'observer, lui sourire, parler avec ses yeux qui lui disaient combien elle l'aime, " C'est mon jogging ça... " Ou pas, en fait elles se piquaient tout leurs vêtements alors au final ce qui était a l'une au début était a l'autre, puis revenait a la première pour repartir, un avantage d'aimer les même chose et de faire la même taille ou presque, " Sur moi c'est ton pull j'avoue...mais je peux le retirer si tu veux! mais je te préviens, j'ai rien en dessous, vraiment rien... " Juno sourit avec malice, elle était toujours un peu coquine, sans pour autant désirer passer a l'acte bien sur, c'était plus un jeu de séduction qu'elle faisait, voulant toujours plaire a sa belle, se sentir désirer et bien sur rendre le quotidien plus amusant.

_________________
Pâle et sans bruit rêver avec l'amour, le temps jaloux qui trompe et qui dévore, l'oiseau captif qui languit près de moi, tout ce qui passe, et qu'à peine je vois, me trouve seule... seule ! Mais vivante encore, de toi !
Je dis ton nom dans ma gaîté rendue, je dis ton nom quand je rapprends les pleurs. Dans le désert la colombe perdue ne sait qu'un chant pour bercer ses douleurs. Égide chère à ma vie embrasée, mes yeux, mon coeur, mes voeux, mes pas s'élancent, vers toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 68
Date d'inscription : 20/01/2015

MessageSujet: Re: dylan (+) Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.   Sam 21 Fév - 0:00


white lips, pale face
breathing in snowflakes
✻✻✻


Sa main au creux de ses reins, son sourire collé au sien, ses lèvres embrassant les siennes, leurs cheveux s'emmêlant au gré du vent, leurs rires se chevauchant, bercés par leurs sentiments, leurs doigts entrelacés, leurs mains collés, les récits des journées, les baisers avant d'aller se coucher, les sourires du matin, les pancakes du déjeuner, les films de l'une, les passions de l'autre, leur appartement partagé, leurs âmes mariées, leur bonheur exaltant, les promenades au bord de l'eau, les fous rires du dimanche soir, la fatigue du lundi matin, le réveil qui sonne, l'une qui l'éteint, l'autre qui l'embrasse, l'une qui l'embrasse, les surprises coquines dans la douche, les courses dans l'appartement, le tout. Leur tout. Leur nous. Jamais Dylan n'avait rien vu de plus beau, jamais elle n'avait souhaité plus qu'un amour pareil, aussi fort qu'elle aurait tout fait pour Juno. Et en ce matin de février, ce beau matin ensoleillé, Dyl se sentait bien, mieux que jamais. Avec Juno, elle se sentait à sa place. Elle se sentait belle, précieuse. Elle se sentait aimée. Et dans tous les rêves que Dylan la gamine avait fait, rien n'avait était mieux. Aujourd'hui, Dyl en avait conscience, elle était chanceuse. La femme la plus chanceuse du monde. Enfin peut-être pas, parce que Juno l'était aussi : être mariée à Queen Dylan, on en rêve tous. Elle contemple avec bonheur la femme qu'elle aime, la Dylan. Avec ses yeux trop grands et ses lèvres trop roses, elle observe en douceur la perfection qu'elle a eu la chance d'épouser. Elle l'aime. Putain ce qu'elle l'aime. Elle l'aime plus qu'on ne pourrait jamais imaginer. Elle aime Juno plus qu'elle n'aime la vie elle-même. Elle aime Juno plus qu'elle s'aime elle-même. Et jamais, au grand jamais, Dyl ne permettra qu'on touche à sa femme. C'est la sienne, et elle veut que Ju soit heureuse. Elle veut que Ju soit sa reine. C'est pour ça qu'elle est atrocement jalouse, Dylan : parce qu'elle a peur qu'on fasse du mal à la plus belle blonde de la Terre. Et aussi, surement, parce qu'elle a peur que Juno trouve quelqu'un de mieux, quelqu'un qu'elle mériterait plus. Et ça, Dylan ne supporterait pas.
« Très bien dormi madame MacKenzie, et vous ? » Juno se retourne, l'enlace. Et Dylan mange. Toujours plus de romantisme chez la blogueuse, toujours plus. Mais dès qu'elle avale la dernière bouchée de son pancake, elle attrape une boucle blonde de sa femme, la fait tourner autour de son index. Elle s'approche d'elle. Dylan doit faire un ou deux centimètres de plus, pas grand chose, mais c'est déjà assez. Et Dylan lui embrasse le front, puis le nez. Tout doucement, elle descend. Et lorsqu'elle arrive aux lèvres, elle embrasse fougueusement. Puis en souriant, elle se retire. « Oui, je crois que c'est le tien... Mais il me va merveilleusement bien, non ? » Dyl ricane toute seule, fière de sa phrase qui, en réalité, était totalement nulle. Arrow Mais lorsqu'elle entend l'autre phrase de la blonde, elle avale doucement sa salive. Gloups, hormones activées. « Ah oui, absolument rien ? Rien de rien ? » Dylan se mordille la lèvre, puis prends un autre pancake et part s'installer sur le canapé, attendant que sa femme la rejoigne. Vous l'aurez compris, Dylan et les pancakes, c'est une grande histoire d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 150
Date d'inscription : 14/01/2015

MessageSujet: Re: dylan (+) Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.   Ven 27 Fév - 17:27


Dès qu'on l'a vu, son absence est affreuse ;
Dès qu'il revient, on tremble nuit et jour ;
Souvent enfin la mort est dans l'amour ;
Et cependant... oui, l'amour rend heureuse !

Marceline DESBORDES-VALMORE




Pour elle c'était une évidence, une suite logique des choses, peu importe son jeune âge, peu importe que les gens soient choqués quand elle leurs dit qu'elle est marié du haut de ses 17 ans, sa vie n'est pas ordinaire, elle ne l'est plus depuis que son chemin est lié à celui de Dylan, sa femme, sa meilleure amie, sa famille.
Elle ne regrette qu'une chose, que ses parents n'aient pas approuvés son choix, elle en veut à sa famille, à sa soeur qui ne l'a pas soutenue, à ses parents qui l'ont jeté dehors comme une poubelle qu'on met aux ordures, un léger regret car elle à perdu sa famille, mais comme on dit, ce fut un mal pour un bien, car après ça, elle a vu sa vie changer du tout au tout, voyages autour du monde, elle a été quasi adoptée par les MacKenzie, et tout ça en pouvant librement aimer et être aimer par la plus belle des filles sur cette terre, Dylan, encore et toujours, tout tournait autour de cette merveilleuse chose que Dieu avait envoyé sur terre.
" J'étais au paradis dans ce lit nuage en compagnie d'un ange... " D'accord, c'était gnangnan, mais Juno était comme ça, une sentimentale qui laissait parlé son romantisme chaque jour, elle sourit alors à sa moitié, la regardant, riant à ses répliques, c'était vrai, ses vêtements lui allaient comme les siens, et inversement, " On dirait qu'il est fait pour toi, tu es en valeur dedans! ", pas besoin d'en rajouter, c'était vrai, pour Juno, même si Dylan s'habillait d'un sac à patates elle était la plus belle, c'était ça l'amour, aimer l'autre dans toutes circonstances, ne voir en elle que le meilleur et transformer chaque défaut en chose mignonne qu'on fini par aimer aussi.
Sa femme jouait avec une de ses mèches, les cheveux de Juno c'était un peu le passe temps de sa femme, faut dire qu'un blond pareil c'est trop la classe, et Juno adorait qu'on lui tripote les cheveux, surtout si c'était l'amour de toute sa vie.
Juno fit un sourire en coin, l'air malicieuse sur son visage, et oui, elle était comme ça, une jeune fille qui adore passer de doux moments coquins avec celle qu'elle aime, quoi de plus normal en fait? après tout elles étaient femme et épouse, à quoi bon se marier si on consomme pas?, elle la regarda partir avec un pancake et coupa le gaz pour évite tout incendie, allant rejoindre sa belle sur le divan, s'installant a califourchon sur elle, passant ses bras autour de son cou, la regardant manger, lui souriant amoureusement, " Tu veux vérifier peut-être?! " C'était clairement une invitation oui, mais pas forcément pour finir les jambes en l'air, Juno ne courait pas après ça, elle voulait plutôt provoquer sa femme, la laisser la toucher un petit moment et passer à autre chose, mais évidement, si sa femme lui sautait dessus elle allait pas refuser, jamais! " Ou alors je l'enlève et tu constate par toi même! " Dylan était gourmande, toujours en train de manger et Juno adorait ça puisqu'elle cuisinait souvent, ça voulait dire que c'était bon ce qu'elle faisait " Je bosse pas ce midi, on à tout notre temps en plus... "


_________________
Pâle et sans bruit rêver avec l'amour, le temps jaloux qui trompe et qui dévore, l'oiseau captif qui languit près de moi, tout ce qui passe, et qu'à peine je vois, me trouve seule... seule ! Mais vivante encore, de toi !
Je dis ton nom dans ma gaîté rendue, je dis ton nom quand je rapprends les pleurs. Dans le désert la colombe perdue ne sait qu'un chant pour bercer ses douleurs. Égide chère à ma vie embrasée, mes yeux, mon coeur, mes voeux, mes pas s'élancent, vers toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 68
Date d'inscription : 20/01/2015

MessageSujet: Re: dylan (+) Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.   Dim 8 Mar - 19:55


white lips, pale face
breathing in snowflakes
✻✻✻


Lorsque Juno dit quelque chose de romantique, quelque chose comme quoi elle était au paradis, quelque chose comme quoi Dylan est un ange, cette dernière rougit. Violemment. Paf ! Coup de rouge sur les joues porcelaines de la blonde. Mais Dyl n'a pas honte de rosir, et elle est flattée par les paroles de sa femme. Elle est tellement belle, sa Juno. Tellement adorable, tellement gentille, tellement parfaite. Dylan ne sait pas ce qu'elle ferait sans elle, sans ses jolis mots, sans son sourire éblouissant. Dylan ne vit que pour elle. Ouais, Juno, c'est sa raison de vivre. La blogueuse se lève en pensant à femme, et passe la journée à rêver du moment où elle va la retrouver. Elle est amoureuse, la Dyl. Elle est folle d'amour. Et heureusement que c'est réciproque, sinon elle n'aurait pas supporté. Mais Juno l'aime en retour, elle le sait. Elle le voit dans ses yeux, elle le lit dans ses paroles, elle le sent dans ses baisers enflammés. Et Dylan espère bien que cette situation durera pour toujours. Pour la vie. « Et ton ange, il était merveilleusement bien accompagné. D'ailleurs, il a passé toute la nuit à rêver du moment où il reverrait sa moitié... » dit-elle. Faut pas croire que Dyl ne sait pas être romantique, elle y arrive très bien. C'est juste qu'elle est moins spontanée, qu'elle ne pense pas directement à faire de jolies déclarations. Mais lorsque sa femme la fait rougir, elle sait la fait rougir en retour. Elle passerait le reste de son existence à faire rougir Juno, s'il fallait. Parce qu'elle est terriblement mignonne comme ça. On dirait vraiment un ange. Ou non, mieux. On dirait une déesse. Une déesse et un ange, voilà ce qu'elles sont les MacKenzie. Je suis toujours en valeur, moi, tu devrais le savoir ! » ricane la blonde. Elle est comme ça Dyl, c'est une rebelle, une aventureuse. Elle est ce genre de fille un peu moqueuse, qui aime bien sortir des petites répliques. Mais avec sa femme, c'est toujours gentil. C'est toujours sexy. Elle va pas être moqueuse avec l'amour de sa vie, ce serait idiot !
Et les deux s'en vont sur le canapé, et Juno sourit, et Dylan a fortement envie de l'embrasser, et Juno la taquine, et Dylan a d'autant plus envie de l'embrasser, et Juno lui dit qu'elle n'a rien sous son tee-shirt. Elle la tente, elle veut jouer. Mais Dyl a une autre idée derrière la tête, quelque chose qui va un peu plus surprendre sa femme et surement lui faire plaisir. Normalement, Dylan aurait répliqué, l'aurait titillée, se serait mordue la lèvre et aurait faussement hésité. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, elle voit l'amour de sa vie plus belle que jamais et elle a envie de ne plus jamais s'en détacher. Juno est assise sur elle, alors Dylan approche sa tête de celle de sa femme. « T'es en forme ce matin, dis-moi... » souffle Dyl, ses lèvres touchant presque celles de l'autre blonde. Elle l'embrasse au coin des lèvres. « Tant mieux, j'aime avoir du temps avec toi. » lâche la blogueuse d'un ton qui se veut sexy. Et elle pose ses lèvres contre celles de sa femme, l'embrassant fougueusement. Elle passe ses mains sous le tee-shirt de Juno, et elle sent la peau fraîche de sa femme. Doucement, elle remonte. Quelques secondes plus tard, l'habit est parti à l'autre bout de la pièce. « Ah ouais, en effet, t'avais rien dessous... » Et Dylan bascule dans prévenir en arrière, Juno part avec elle. Les deux sont allongées sur le canapés, l'une sur l'autre, l'une sans haut, l'autre plus heureuse que jamais. « Je t'aime. » Puis Dylan embrasse langoureusement son cou, et elle descend un peu plus bas, ses mains posées sur la peau nue de sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: dylan (+) Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.   

Revenir en haut Aller en bas
 

dylan (+) Muse, j'ai fléchi sous tes regards charmeurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Un temple sous terre [PV Kusari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
how to be happy. :: step three :: downtown :: habitations :: appartement des mackenzie-