AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (nala) every teardrop is a waterfall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 180
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: (nala) every teardrop is a waterfall.   Dim 16 Nov - 14:34

Être heureux est merveilleux, mais il est encore plus merveilleux de rendre quelqu’un heureux.
s. nala carstairs
NOM ≈ carstairs. commun ou non, ce nom est le mien, il me définit et porte mes origines. aussi, je ne l'échangerais pour rien au monde. PRÉNOMS ≈ sullybeth nala. le premier était le second prénom de ma mère, tandis que le second vient très probablement du célèbre dessin animé disney, dont elle était fan. SURNOM(S) ≈ nala est déjà aussi court qu'un surnom. mais l'on m'appelle également beth, lily ou encore sully. ÂGE ≈ vingt-deux ans. DATE DE NAISSANCE ≈ née le dix-sept août mille neuf cent quatre-vingt douze. LIEU DE NAISSANCE ≈ écrire ici ORIGINES ≈ australiennes par ma mère, franco-anglaises par mon père. NATIONALITÉ ≈ écrire ici ORIENTATION SEXUELLE ≈ hétérosexuelle. STATUT SOCIAL ≈ aisée STATUT CIVIL ≈ fiancée. MÉTIER ET/OU ÉTUDES ≈ peintre et propriétaire d'une galerie d'art, occasionnellement intervenante en arts. AVATAR ≈ nina dobrev. CRÉDITS ≈ vendetta



QUALITÉS ≈ attachante, drôle, douce, sensible, loyale, débrouillarde, serviable, espiègle, artiste.
DÉFAUTS ≈ un peu jalouse, trop franche, rancunière, bavarde, versatile, veut toujours avoir raison, possessive, gourmande.


elle se passe souvent la main dans les cheveux. ≈ elle est accro aux sucreries et au chocolat chaud. ≈ elle s'arrache tout le temps la peau dans les lèvres quand ses mains ne sont pas occupées. ≈ elle a une petite jack russell nommée speranza, offerte il y a environ deux ans de cela par son fiancé, un mois avant qu'il ne parte en afghanistan. elle tient à cette petite chienne comme à la prunelle de ses yeux et en est complètement gaga. ≈ elle passe la plupart de son temps à peindre dans son atelier. ≈ elle ne peut pas passer une journée sans écouter de musique. ≈ elle est une véritable amoureuse de la nature. ≈ elle adore chanter sous la douche. ≈ elle joue du piano, en plus d'avoir un don pour la peinture et le dessin. ≈ elle parle couramment anglais, français et russe. ≈ sa mère est décédée lorsqu'elle était encore toute petite, nala n'a donc aucun souvenir d'elle, en dehors de quelques photos.
que pense-tu d'happiness et de son blog ?
je dois avouer que je ne m'y suis pas encore réellement intéressée jusqu'à présent. sans doute car je jugeais avoir autre chose à faire que de perdre du temps à lire les pensées philosophiques d'une sombre inconnue. mais plus le temps passe, plus j'en entends parler, et plus j'ai envie d'en apprendre à ce sujet. je pense que cette fille peut vraiment faire changer les gens, en bien je l'espère, et je trouve ça magnifique.

crois-tu au destin ?
dur comme fer. les choses sont comme elles sont pour une raison bien précise, nous devons affronter des épreuves pour en ressortir plus fort et mieux être préparer au destin et aux épreuves à suivre. c'est ainsi que l'on peut un jour espérer avoir droit au bonheur.

selon toi, le bonheur c'est quoi ?
lorsque j'avais cinq ans, je pensais que le bonheur serait de pouvoir vivre dans une maison en bonbons. il y a un an, j'aurais donné n'importe quoi pour que mon fiancé me revienne en un seul morceau. et aujourd'hui, je serais la plus heureuse des femmes si je pouvais récupérer celui que j'ai perdu.  
PSEUDO/PRÉNOM ≈ gipsy.heart, mais vous pouvez m'appeler dieu, même si chloé peut convenir. ÂGE ≈ dix-sept ans, mais plus pour longtemps. SEXE ≈ avec plaisir. mais seulement avec mon chéri. PLANÈTE/PAYS/RÉGION ≈ planète des licornes, galaxie des bisounours, dans la région la plus au nord. pour faire bref, j'habite au pays des ch'tis. LES LICORNES, TU AIMES ? ≈ surtout quand elles ont une jolie corne. T'AS PAS ENVIE D'ÊTRE UN PANDA, TOI ? ≈ ah mais si, carrément !   TU NOUS AS CONNU COMMENT ? ≈ ines, la plus belle. ON EST BAISABLE OU PAS ? ≈ à fond. et avec la lumière en plus. UNE PROPOSITION OU SUGGESTION A NOUS FAIRE ? ≈ voulez-vous m'épouser ? UN DERNIER TRUC A DIRE POUR TA DÉFENSE ? ≈ c'est la faute du colonel moutarde, je le jure.
Code:
<b>nina dobrev</b> ≈ s. nala carstairs
we all know how to be happy.


Dernière édition par s. nala carstairs le Lun 17 Nov - 22:30, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 180
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: (nala) every teardrop is a waterfall.   Dim 16 Nov - 14:34

Il fallut un certain temps à Nala pour sortir du sommeil et retrouver ses esprits. Elle ne se souvenait même pas s'être endormie et le réveil n'en était que plus difficile. Et il lui fallut d'autant plus de temps pour réaliser qu'elle ne rêvait pas, que quelque chose martelait inlassablement la fenêtre de sa chambre. Elle alluma la lampe de chevet et posa les pieds par terre dans un geste mécanique, se dirigeant vers sa fenêtre. Aussitôt qu'elle fut postée devant la vitre, le martèlement incessant prit fin et la belle adolescente eut tout le loisir de l'ouvrir pour découvrir une ombre dans son jardin. Elle n'eut plus besoin que de quelques secondes pour deviner de qui il s'agissait. « Luckaël ? » « Merde ! Et moi qui espérais me faire passer pour le père noël. » Le ton du jeune homme était amplement ironique et la brunette leva les yeux au ciel en esquissant un sourire. Ils se connaissaient depuis des années, et Luckaël n'était visiblement pas près de changer. C'était d'ailleurs probablement ce que Nala aimait chez lui, sa répartie incroyable, son humour sans faille. « J'ai le droit de monter dans ta chambre mon petit chat, ou je suis condamné à me geler les fesses dans ton jardin ? » Et son côté casse-cou. C'était quelque chose qu'elle admirait presque chez lui, bien qu'elle ait toujours peur qu'il ne finisse par se faire mal. « Depuis quand as-tu besoin de mon autorisation pour risquer ta vie, espèce de fou ? » Il fit mine de réfléchir, la bouche grande ouverte, avant de hausser les épaules, son petit sourire en coin caractéristique aux lèvres, et de s'accrocher aux pierres du mur pour rejoindre la belle. Nala, quant à elle, préféra se reculer et aller s'asseoir sur son lit pour éviter la crise cardiaque en le voyant risquer ainsi sa vie. Elle ramena ses genoux contre sa poitrine, l'air frais de la nuit effleurant sa peau trop peu couverte par son short et débardeur. Elle leva la tête en le voyant passer la fenêtre, qu'il referma derrière lui en voyant qu'elle avait froid, et alla la rejoindre sur le lit, s'asseyant à côté d'elle. Il la regarda un instant avant de se laisser tomber en arrière, étalant ses bras sur le matelas, le regard rivé au plafond. Le silence s'installa petit à petit, et Nala finit par croire que son ami s'était endormi, et n'allait pas tarder à faire de même, lorsque sa voix retentit. « je suis désolé de t'avoir réveillée lily, mais j'avais besoin de te voir. » Aussitôt, la jolie brune tourna la tête pour le regarder, inquiète par ces quelques mots. Elle s'alarmait sans doute pour un rien, comme à son habitude, mais c'était plus fort qu'elle. Elle voulait toujours tellement prendre soin de ses amis qu'elle s'inquiétait toujours pour peu de choses. Luckaël sembla le remarquer puisqu'un petit sourire naquit sur ses lèvres, bien qu'il fusse quelque peu tendu. « respire nala, je vais bien, je ne suis pas sur le point de mourir.  » Elle lui tira la langue en guise de réponse puérile, et se mit à bouder de manière tout aussi puérile. « tu es belle quand tu boudes. » la jeune femme enfouit ses joues rougissantes dans ses bras croisés, se cachant du regard de son compère de toujours. Elle n'aimait pas spécialement les compliments. Ou plutôt, elle était très mal à l'aise lorsqu'elle en recevait, surtout de la part de son ami, sans réellement savoir pourquoi. Et il le savait, pourtant cela ne l'empêchait pas de l'embêter avec ça. De nouveau, le silence s'installa, rythmé par le bruit de leur respiration, et fut quelques minutes plus tard brisé à nouveau par la voix du jeune homme. « je... nala, je crois que je t'aime. » L'intéressée releva immédiatement la tête pour poser les yeux sur Luckaël, n'en croyant pas ses oreilles. Elle ouvrit la bouche et la referma une fois, puis deux, et trois, tandis que le beau blond se passait une main dans les cheveux dans un geste nerveux, avant de se lever en réaction au silence de la cadette. « pardon, je n'aurais jamais dû te dire ça. » elle le suivit des yeux alors qu'il rejoignait la fenêtre, s’apprêtant à sortir comme il était entré. Le coeur de Nala battait à cent à l'heure dans sa poitrine, le sang tambourinant à ses tempes, les mots de son ami tourbillonnant dans son esprit. Il était déjà en train de poser un pied sur le rebord de la fenêtre qu'il venait d'ouvrir lorsque la belle réagit et que des mots franchissent ses lèvres avant même qu'elle ne s'en rende compte. « reste... s'il te plait, ne me laisse pas. » il croisa son regard, un petit sourire aux lèvres, avant de secouer la tête en soupirant. « tu vas me tuer un de ces jours, tu le sais ça ? » elle haussa les épaules dans un geste innocent, et il explosa de rire avant de venir la rejoindre, prenant soin de refermer la fenêtre derrière lui. Il s'assit à côté d'elle, passa un bras autour de ses épaules pour la laisser se blottir contre lui, et déposa un baiser dans ses cheveux. « jamais nala. je ne t'abandonnerais jamais. »

Nala, complètement ahurie, se retourna vers lui, les yeux écarquillés. « Quoi ?! » Perdant lentement son petit sourire sûr de lui, ses mains se mirent à jouer nerveusement avec le petit coffret recouvert de velours noir qu'il tenait. « Épouse-moi, Sullybeth Nala Carstairs. » Elle secoua la tête, comme pour en faire sortir ces quelques mots qu'elle pensait avoir rêvés. L'épouser ? Ah la bonne blague ! Non mais franchement, il pensait vraiment qu'elle allait encore se faire avoir ? Ils leur avait déjà joué suffisamment de mauvais tours, avec billie,  pour savoir qu'elle ferait mieux de se méfier. Pourtant, il n'avait absolument pas l'air de se moquer d'elle. Au contraire, il semblait tout à fait sérieux, et l'inquiétude se faisait une place dans ses yeux au fur et à mesure que les secondes s'effilochaient. « Tu n'as pas le droit Luckaël. Tu n'as pas le droit de me demander en mariage alors que ça ne t'engage absolument à rien, puisque tu pars demain ... » « Au contraire sully, ça m'engage à tout un tas de choses ! Ça m'engage à penser à toi à chaque instant, de penser à tout ce qui m'attendra quand je vais revenir, et ça m'engage à revenir vivant pour avoir le bonheur de te voir en robe blanche. » Ses yeux bleus pétillaient, comme s'il lui racontait un rêve incroyable, fantastique, magique. Il lui avait annoncé deux mois plus tôt qu'il s'était engagé dans l'armée, et ça lui avait brisé le cœur. Elle lui en voulait. Terriblement. Il l'abandonnait alors qu'il lui avait autrefois promis qu'il ne le ferait jamais, la laissant avec son inquiétude et cette angoisse constante de recevoir un coup de fil tragique. « Promets-moi que tu reviendra en un seul morceau et que tu ne m'oublieras pas. » Retrouvant le sourire alors qu'il s'apercevait que la victoire était proche, il s'approcha d'elle pour la prendre dans ses bras. « Je te le promets mon ange. » « Dans ce cas, dis à billie qu'elle doit se trouver une belle robe. Et montre-moi un peu cette fichue bague. » Un sourire flotta sur les lèvres des amoureux après qu'ils aient échangé un baiser et que nala ait admiré son annulaire, où trônait désormais un sublime diamant.

Comme chaque matin depuis deux ans, Sullybeth jeta un coup d'oeil par la fenêtre de sa chambre, espérant apercevoir Luckaël sur le perron, faisant l'imbécile comme il avait si bien l'habitude de le faire. S'arrachant à sa contemplation, elle sortit une boite de sous son lit et la posa sur son matelas, juste à coté de Speranza qui la regardait d'un œil curieux. Elle savait qu'elle aurait dû, mais elle n'eut pas la force de congédier la petite chienne, au lieu de quoi elle se mit à lui gratter le ventre d'une main tandis que de l'autre, elle ouvrait la boite. Assise en tailleur, elle sentit les larmes affluer sous ses paupières à la vue de toute cette correspondance échangée avec son fiancé. Elle ressortit la dernière lettre qu'elle avait reçue, presque six mois plus tôt. Depuis ce jour-là, elle n'avait plus aucune nouvelle de l'homme de sa vie. Parcourant les quelques lignes qui étaient inscrites sur le morceau de papier, elle ne pût contenir ses larmes plus longtemps. Elle remit rapidement la missive avec les autres, referma la boite et sauta sur ses pieds, courant presque pour monter au grenier où elle déposa son colis sur une étagère. Elle voulait juste arrêter de se faire des films, de mourir d'inquiétude en pensant qu'elle ne les reverrait jamais. Mais en tentant d'enfouir cette fichue blessure, elle en rouvrit une autre, plus douloureuse encore en certains points. Le berceau, encore dans son carton, du bébé qu'elle avait perdu. Elle avait appris sa grossesse quelques temps après le départ de Luckaël. Nala avait été bien plus qu'heureuse en apprenant qu'elle portait en elle une part de son fiancé, même si elle pensait que vingt ans, pour être mère, c'était encore un peu jeune. Mais à vrai dire, elle s'en fichait pas mal. Il n'y avait pas d'âge pour ça, pour donner la vie, et il n'y en avait pas non plus pour la reprendre, chose qui était arrivée lorsqu'elle avait passé le stade des cinq mois. Elle était tombée en voulant accrocher l'une de ses œuvres dans sa galerie et, malgré qu'elle ait immédiatement appelé les secours en voyant le sang, elle avait perdu son bébé. Elle n'en avait à aucun moment parlé à Luckaël, inconsolable pendant plusieurs jours rien qu'en y repensant. Sullybeth redescendit sur Terre en entendant le carillon de la porte d'entrée retentir. Les visites étant rares, elle descendit les escaliers en trombe, sécha ses larmes d'un revers de main, et ouvrit la porte en grand. Un officier se tenait devant elle, droit comme un «i» dans son uniforme, aucune expression ne passant sur son visage. Le cœur de Nala se mît à tambouriner dans sa poitrine. Elle savait très bien ce que cela voulait dire, pourquoi il était là. De nouveau, elle sentit les larmes affluer sous ses paupières, mais à sa grande surprise, elles ne coulèrent pas. « mademoiselle carstairs ? » la jeune femme hocha simplement la tête, sentant que sa gorge bien trop sèche ne pourrait émettre un seul son. « je suis l'officier wilshire. il faut que je vous parle de votre fiancé. vous devriez vous asseoir. » non. elle ne voulait pas s'asseoir. Tout comme elle ne voulait pas qu'il lui parle de luckaël. Il n'avait pas le droit. Il n'avait pas le droit de rendre tout cela plus réel, ce qui ne manquerait pas d'arriver une fois qu'il lui aurait annoncé la terrible nouvelle. Et pourtant, elle n'avait pas le choix. Elle devait le laisser entrer pour l'entendre dire que son fiancé ne rentrerait pas. Elle se décala d'un pas sur le côté, dans une invitation à la rejoindre à l'intérieur. « ne vous en faites pas mademoiselle, ce n'est pas ce à quoi vous pensez. » le cœur de la jeune femme rata un nouveau battement, alors qu'elle ne savait justement plus quoi penser.

Sans même regarder les numéros inscrits sur les portes, elle se dirigea vers celle qu'elle savait être le 248. Celle de Luckaël. Elle s'arrêta un instant et tenta de calmer sa respiration et son cœur, qui s'emballaient chaque fois qu'elle entrait à l'hôpital. Elle avait toujours peur qu'il se soit réveillé alors qu'elle n'était pas là, et une fois qu'elle y était, elle avait peur de sa réaction quand il se réveillerait enfin. Il y avait de grandes chances pour qu'il ne la reconnaisse pas, et c'était sans doute ça qui l'effrayait le plus : qu'il l'ait oubliée, elle et les sentiments qu'il avait pour sa fiancée. Chaque matin, depuis que Nala savait qu'il était revenu pour de bon et que Luckaël était dans le coma, elle pensait à cette éventualité, et devait avouer que cela était horrible.
Prenant une grande inspiration, elle ouvrit la porte et entra dans la chambre, où Arabella parlait avec une infirmière. Elle n'aimait pas la façon dont cette dernière regardait son fiancé, elle était censée être la seule à avoir droit de poser les yeux de cette manière sur lui. La blouse blanche sembla le comprendre d'elle-même puisqu'elle finit rapidement de vérifier les machines autour du jeune homme avant de s'éclipser. Elle la regarda sortir et alla déposer un baiser sur la joue de son amie, avant de prendre place à coté du lit du malade, serrant ses doigts dans les siens. Elle entendit Billie s'éclipser à son tour, la laissant seule en compagnie de son fiancé et des "bip" incessant des machines qui l'entouraient. Sans lui lâcher la main, elle attrapa l'une des lettres dans son sac et commença à la lui lire. Elle le faisait chaque fois qu'elle venait, c'est-à-dire tous les jours : elle prenait l'une des lettres qu'il lui avait envoyé et la lisait à voix haute, espérant ainsi réduire les risques d'amnésie. Elle se doutait bien que ça ne marchait pas comme ça, mais elle en avait du assez de rester les bras croisés à attendre qu'il daigne ouvrir les yeux. Cela faisait déjà plusieurs semaines qu'il était rentré d'Afghanistan, mais il n'y avait pas vraiment eu d'améliorations dans l'état de santé de Lucka, ce qui inquiétait ses deux amies. C'est sans doute pour cette raison qu'elle sursauta et fixa la main de son amant après avoir eu l'impression que ses doigts avaient bougé. Il ne se passa rien pendant plusieurs secondes, puis de nouveau, ses doigts remuèrent, cette fois de manière plus visible. Les battements de son cœur s'accélérant, nala n'eut pas le réflexe -ou la force- d'appeler Arabella, son regard entièrement accaparé par les paupières du malade qui commençaient à papillonner, comme s'il désirait les ouvrir mais qu'elles étaient encore trop lourdes. Un sourire sur les lèvres, nala embrassa la main de son amour qu'elle tenait encore tout en lui murmurant des mots aussi encourageants que doux. Et enfin, après plusieurs secondes, la jeune femme pût revoir le bleu si beau de ces yeux qui venaient de s'ouvrir pour son plus grand bonheur. Mais celui-ci fut de courte durée. L'espoir qui était réapparu en elle s'envola trop tôt à son goût. Après s'être habitué à la lumière ambiante et avoir examiné son environnement, il posa sur elle un regard plein d'interrogation. « Excusez-moi, mais... Est-ce que vous pouvez me dire où nous sommes ? Et ... qui êtes-vous ? » Ces quelques mots si anodins lui brisèrent le cœur, à tel point qu'elle lâcha sa main comme si elle s'était brulée et sortit de la chambre en courant, le visage baigné de larmes.

we all know how to be happy.


Dernière édition par s. nala carstairs le Sam 22 Nov - 18:39, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(nala) every teardrop is a waterfall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» NALA X CANICHE ABRICOT F 13 ANS SPA DE SAINT OMER (62)
» Simba et Nala
» Nala Galerie
» Le musée des horreurs des Helmasaurs...
» Campagne Rolemaster (Groupe Originel) : Chapitre I - Résumé Complet !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
how to be happy. :: step two :: born to die :: we can be heroes-