AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 are you, are you, coming to the tree ? (regan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 509
Date d'inscription : 08/11/2014

MessageSujet: are you, are you, coming to the tree ? (regan)   Dim 16 Nov - 18:50

Être heureux est merveilleux, mais il est encore plus merveilleux de rendre quelqu’un heureux.
regan lancaster
NOM ≈ lancaster. t'as l'impression que c'est à toi mais au fond tu ne sais pas. tu les aimes, putain que tu les aimes, les lancaster, mais parfois, tu te demandes si t'es bien tombée. mais après, tu les revois, tes parents devant la télé, tes frères et ta soeur entrain de rigoler, et tu te dis qu'ici, chez toi, t'es au paradis. PRÉNOMS ≈ regan, ça sent le british à plein né, comme prénom. mais tu t'en fous, tu l'adores. regan, ça te convient à merveille, tu t'y glisses parfaitement. ensuite, il y a camryn, que tu trouves absolument horrible. apparemment un nom qui se transmet dans la famille mais pour être honnête, tu t'en serais bien passé. SURNOM(S) ≈ tout le monde prend l'habitude de t'appeler reg, c'est tellement plus pratique. certains, les plus proches, s'essayent à reggie et il y a toujours les plus intelligents pour tenter un petit reggae. ça te fait sourire, toi. si on te surnomme, ça veut dire qu'on s'intéresse un minimum à toi. ÂGE ≈ dix-neuf étoiles, de petites fleurs qui bourgeonnent *rpz le géranium*. t'as dix-neuf ans, t'es toujours une enfant, une gamine, officiellement. mais officieusement, t'es adulte. t'as la maturité suffisante pour ça. puis, les vingt-et-un ans ne sont pas si loin que ça. DATE DE NAISSANCE ≈ un vingt-cinq mai, et ta petite tête brune émerge sur terre. tu nais, tu deviens, et tu apprends à vivre, peu à peu. LIEU DE NAISSANCE ≈ rockhampton, mais faut dire que tu ne t'en rappelles pas vraiment, du jour où tu es née. n'empêche qu'on te l'a souvent raconté... ORIGINES ≈ anglaises et italiennes, eh ouais, ça gère ! au même titre que ton nom de famille, tu défends tes origines avec ferveur. personne ne touche à ta famille ou à là d'où tu viens. personne. NATIONALITÉ ≈ australienne, et tu aimes ton petit coin de paradis. même si tu aimerais avoir tes propres ailes et prendre ton envol, tu adore ton pays. ORIENTATION SEXUELLE ≈ les gars, aux dernières nouvelles, t'es hétérosexuelle. les abdos, les cheveux en bataille, et les mecs sexys, c'est ça que tu aimes. STATUT SOCIAL ≈ tu viens d'une famille pas très riche et tu habites encore avec tes parents. tu sais que si tu ne bosses pas pour obtenir ta bourse, tu ne pourras pas aller là où tu veux. alors t'attrapes tes bouquins, et tu révises d'arrache-pied. STATUT CIVIL ≈ célibataire, t'es pas très douée dans ce domaine-là. t'as pas vraiment eu une multitude de petits copains mais pour être honnête, c'est pas ta priorité du moment. l'amour, t'y crois, mais tu sais que c'est pas à dix-neuf ans que tu le trouveras... enfin ça, c'est ce que tu crois. MÉTIER ET/OU ÉTUDES ≈ tu étudies la littérature, t'as toujours le nez plongé dans un bouquin ou sur une feuille de papier. la littérature, tu adores ça. vraiment. ta mère a refusé que tu prennes un travail, à côté, prétextant que tu es trop jeune. mais parfois, pour gagner un peu d'argent, tu joues la nounou pour des gamins dans les quartiers aisés de la ville. AVATAR ≈ ade kane. CRÉDITS ≈ hersunshine, des bisous.



QUALITÉS ≈ très intelligente, logique, pédagogue, compréhensive, loyale, fidèle en amitié, extrêmement bosseuse et sérieuse, sociable, toujours avec un petit sourire sur le coin des lèvres.
DÉFAUTS ≈ butée, mauvaise perdante et de mauvaise foie, susceptible, têtue, un peu perdue, une sainte horreur de ne pas comprendre quelque chose et de se le faire expliquer, veut à tout prix tout réussir, ne supporte pas de perdre.



tic, tac, tic, tac. tu es toujours à l'heure, jamais en retard. l'heure de ton portable est réglée à la minute près et tu ne te sépares que très rarement de ta montre. ≈ deux frères, une soeur, tu es la plus jeune des quatre enfants lancaster. t'as hérité des cheveux bruns et du sourire à toute épreuve. ≈ tu ne fumes pas, ne bois que rarement et tu as horreur des gens qui passent leur temps à foutre leurs vies en l'air. ≈ tu es plus intelligente que la moyenne et tes notes sont excellentes, tu as un an d'avance. tes professeurs l'ont toujours dit, la petite lancaster a un niveau remarquable. ≈ tu parles, en plus de l'anglais, l'italien couramment. et, bien évidement, tu te débrouilles en espagnol et en français. tu comptes te mettre au russe le plus vite possible. ≈ on pourrait croire, avec tes notes, que tu es une férue des mathématiques et autres matières scientifiques. mais en fait, non. pas du tout. tu adores l'art, sous toutes ses formes. cameron t'a transmis sa passion pour la photo, tu adores la peinture et tu ne vis que pour la littérature. ≈ tu n'es certes pas la fille la plus coquette qu'il soit - tu détestes avoir trop de maquillage sur la peau - mais tu prends soin de bien t'habiller. enfin, tu as ton style à toi. un truc peut-être un peu rétro ou bien trop classique mais en tout cas, un truc à toi. ≈ tu n'as pas vraiment de tics, mais tu ne supportes pas bon nombre d'entre eux. par exemple, les gens qui craquent leurs doigts ou tapotent sur la table. tu n'as qu'une seule envie : leur crier de se taire. ≈ tu as fait plusieurs années d'arts martiaux - et tu en fais toujours - en tout genre et, malgré ton apparence de poupée fragile, tu sais parfaitement te défendre. tu peux envoyer la plupart des élèves de ton lycée au tapis, sauf les plus doués. ≈ tu aimes les gens, tu aimes la vie. et tu as compris que pour aimer la vie, il fallait réussir. et que pour réussir, il fallait bosser. bosser dur, d'arrache-pied. alors tu bosses, parce que tu veux obtenir ta bourse, parce que tes parents ne peuvent pas t'aider. parce que tu es reg, et que regan lancaster aime travailler. ≈
que pense-tu d'happiness et de son blog ?
tu trouves que c'est une bonne initiative, mais tu restes tout de même sceptique. aider les gens, c'est bien. c'est beau mais il faut voir qui cette bloggeuse veut aider, parce que certains habitants ne sont peut-être pas dignes de ses belles actions. tu ne veux pas non plus que tout ça dégénère. tu ne veux pas qu'happiness change les choses même si, au fond de toi, tu sais parfaitement que les choses ont besoin d'être changées.

crois-tu au destin ?
oui, non, tu ne sais pas. ton côté artiste, celui qui admire les tableaux de la galerie de nala en s'interrogeant sur les idéaux des peintres, croit au destin. mais ton côté rationnel, celui avec lequel tu comptes obtenir ta bourse, celui qui te permet d'avancer, jour après jour, dans tes études, n'y croit pas le moins du monde. t'es déchirée, regan. déchirée entre les idées que tu as et les idées que tu penses que tu te devrais d'avoir. alors en attendant, tu souris, te contentant d’acquiescer doucement lorsque les gens en parlent. tu restes toi-même, et ce, coûte que coûte.

selon toi, le bonheur c'est quoi ?
le bonheur, c'est un idéal. une notion. quelque chose qu'on peut toucher du bout des doigts, effleurer avec joie, puis le lendemain oublier. laisser tomber. le bonheur, c'est une métaphore. une métaphore des sentiments, une métaphore d'un happy end comme dans les films hollywooodiens. c'ets quelque chose que tout le monde cherche à attraper et à conserver précieusement. le bonheur, c'est heureux, c'est égoïste, c'est souriant, c'en devient parfois malsain. toi, tu penses avoir compris que le bonheur, c'est ton futur ; un bel avenir tout tracé, une jolie carrière. et pour avoir tout ça, tu te dois de travailler. mais qui sait, peut-être que tout va changer...
PSEUDO/PRÉNOM ≈ lydia. sur l'internet, morgane dans la vie réelle. mais sinon, dieu me va aussi. ÂGE ≈ mentalement, je dirais sept ans. voire neuf, si vous êtes des optimistes. SEXE ≈ tous les jours. PLANÈTE/PAYS/RÉGION ≈ je dirai le sud, parce que le sud, c'est le bien. puis, j'peux pas vivre sans mon soleil. pas possible. LES LICORNES, TU AIMES ? ≈ OMFG OUI.   T'AS PAS ENVIE D'ÊTRE UN PANDA, TOI ? ≈ tbh, pas tellement. Arrow j'ai toujours voulu être une licorne moi. TU NOUS AS CONNU COMMENT ? ≈ babe et mon chat, rpz les surnoms. I love you ON EST BAISABLE OU PAS ? ≈ SURTOUT LE STAFF OUI.   UNE PROPOSITION OU SUGGESTION A NOUS FAIRE ? ≈ là tout de suite, pas vraiment. UN DERNIER TRUC A DIRE POUR TA DÉFENSE ? ≈ libérée, délivrée, je ne mentirai plus jamais. libérée, délivrée... okjemetais.  
Code:
<b>adelaide kane</b> ≈ regan c. lancaster
we all know how to be happy.


Dernière édition par regan c. lancaster le Ven 19 Déc - 17:24, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 509
Date d'inscription : 08/11/2014

MessageSujet: Re: are you, are you, coming to the tree ? (regan)   Dim 16 Nov - 18:50


la petite dernière, la benjamine, la petite brune, la gamine. la reg, la regan, l'écrivaine, les cheveux ébène.
les yeux dans l'vide, les yeux dans l'vague, toujours animés par une étrange lueur d'opale. un fragment de diamant, ouais. un fragment d'opale. une pierre précieuse qu'on n'voudrait pas briser, sous peine de le regretter. pour sûr que vous le regretteriez, de briser un si joli visage.
petit ange, qu'ils gueulaient dans la cours de récré. mais le petit ange, il faisait tourner les têtes. on l'voulait, on l'désirait. on l'aimait, malgré ses mimiques sérieuses, ses joues pas parfaites et son corps naturel.
belle.
comme une fleur.
une mélodie du bonheur.
douce.
comme une plume.
une compagne d'(in)fortune.
forte.
comme une amoureuse de la lune.
une éternelle chercheuse de brume.
un monde. une mondanité. un pas de bourrée. un pas chassé, un pas sur le côté, un stylo dans la main. et puis des mots. plein de mots. une avalanche de mots. une ivresse de phrase, de paraphrases et de métaphores. une overdose de paragraphes. et toujours, la tête plongée dans ses bouquins ou dans ses pages, elle écrivait, lisait ou riait.
elle s'animait.
tu t'animais.
tu vivais, reg, tu n'as jamais rien fait d'autre que vivre.

»»»


suite


« je m'appelle fitz. » tu relèves la tête, dévisages le mec à ta gauche, souris, et replonges le nez dans ton bouquin. « c'est anglais. » croit-il bon de préciser. tu retiens un petit rire, et te contentes de secouer doucement la tête, amusée par la technique de drague de l'autre. alors c'est comme ça que les mecs font, maintenant, pour avoir une copine ? ils s'assoient à côté d'elle sur un banc, lorsqu'elle est plongée dans un roman ? tu sens néanmoins son regard posé sur toi, et vu que tu n'as pas l'intention de rester une heure avec une paire d'yeux braquée sur toi, tu prends la parole. ta voix est douce comme de la soie mais le ton est assuré. « regan. » tu vois les coins de ses lèvres remonter, dessinant un sourire. un magnifique sourire. un de ces sourires à décrocher les étoiles dont quelques personnes sur terre conservent le secret. tu te racles la gorge, gênée. il est beau, terriblement beau, bien trop beau pour venir te parler, à toi, la gamine plongée dans son livre. il doit avoir vingt-deux ans, peut-être vingt-trois, ou même vingt-quatre, qui sait. tu vois dans le coin de sa poche le bout d'une clope qui dépasse. tu remontes le long de sa manche, pour finalement venir fixer ses yeux. ton regard ancré dans le sien, ses mains dans les poches de son jean de luxe, les tiennes tenant ton livre, vous jouez à ce jeu interminable du regard. il hausse un sourcil, tu en hausses deux et retournes à ton roman. les gars comme ça, tu connais. surtout les gars comme ça qui viennent parler aux filles comme toi. ces gars-là sont du genre dragueur, coup d'un soir, avec quarante filles à leurs pieds. pas vraiment toi, quoi. mais pourquoi, (nom de dieu) pourquoi, vient-il s'asseoir à côté de toi ? tu observes discrètement les alentours, cherchant à savoir s'il ne s'agit pas d'une caméra cachée ou d'un défi stupide. mais tu ne vois rien. il tousse, éclaircit la gorge. il va parler, tu le sens. tu te contentes d'attendre. « tu lis quoi ? » oh, sérieusement ? ce que tu lisais ? un de ces mecs populaires, plus que connu, venait te demander ce que tu lisais. tu jouais l'indifférente, mais au fond, tu étais plus que flattée. tu souris sans t'en rendre compte, et lui sourit en réponse à ton sourire, mais tu ne le remarques pas, trop occupée à réfléchir à quoi lui dire. puis, vu qu'il n'y avait pas deux cents réponses possibles, tu te contentes d'un petit... « les misérables, de victor hugo... » pour la quatrième fois, exactement. tu adores ce bouquin, ce vieux classique. le mec se rapproche de toi, ses yeux venant se fixer sur la page blanche. il essaye de lire, esquisse une mimique confuse, te regarde et, silencieusement, te demande des explications. fitz, qu'il s'appelle, il te l'a dit. même qu'il t'a dit que c'était anglais. au lieu de parler, de lui répondre comme tu aurais du le faire, comme tu as pour habitude de faire, tu te contentes de le fixer. une seconde. deux. trois. tu clignes des yeux, t'arrachant à ta contemplation. tu tousses, il ricane, tu le fusilles du regard. tu affiches une moue boudeuse avant de lui répondre du bout des lèves : « c'est écrit en français... » forcement, tu aurais sans nul doute mieux compris en italien ou en anglais mais ton niveau de français était pas mauvais du tout et tu comprenais à peu près. fitz semble impressionné, c'est à ton tour de ricaner. « tu comprends le français ? » tu ris, bascules ta tête brune en arrière et ris. tu ris parce que tu ne sais pas quoi faire d'autre, mais tu ris aussi parce que son expression est magique. fitz ressemble à un petit chiot étonné. ou bien à un poisson rouge constipé, au choix. il semble interloqué, tu te reprends, essuies une larme et lui réponds, amusée. « oui, anglais, italien, français et espagnol. » il siffle, admiratif ou moqueur, tu n'sais pas trop. alors tu lui souris, une moue adorable sur le visage, tu prends ton sac, fourres ton livre dedans, arranges ta jupe, te lèves et lui glisses : « j'ai pas mal de talents cachés, tu sais ? ». il ouvre la bouche, la referme, te fixe, ne dit rien. tu ris doucement et puis tu t'en vas en sautillant, faudrait pas que tu t'attaches trop, t'as tendance à t'attacher vite et t'es souvent déçue. tu n'veux pas de ça, pas craquer pour un mec sur un banc, avec un stupide nom anglais et une moue à croquer. malheureusement, le mal est déjà fait ; c'est tout toi ça, reg, tu t'attaches pour un rien. tu es à une dizaine de mètres de lui lorsque tu entends : « JE POURRAIS AVOIR TON NUMERO AU MOINS ? » tu te retournes, et lui cries ton nom entier, comme ça, s'il a vraiment envie, il te cherchera sur twitter ou insta. mais surement qu'il n'a pas envie, parce que tu es regan, et qu'il est fitz. et que la vie ne marche pas comme ça.

»»»

tu marques un arrêt. c'est lui, juste devant toi. fitz. l'anglais. le mec du banc. le mec du parc. il est là, assis sur un bout de porte, avec sa guitare sèche, et il joue. tu te surprends à aimer le regarder, mais tu secoues la tête pour te chasser une telle idée. c'est un idiot, pas vrai ? un idiot stupide (bien qu'il n'existe pas d'idiots intelligents, néanmoins tu préfères insister) qui n'a jamais manifesté le moindre intérêt pour toi. et, tu n'sais pas pourquoi, mais ça t'fait chier. t'as envie de le connaitre, toi, fitz. fitz et sa bouille à croquer, fitz que tu as cherché à croiser et que tu as réussi à entrapercevoir, fitz et sa clope sur le bout des lèvres, fitz et son sourire moqueur, fitz et ses yeux. ses yeux pour lesquels tu irais décrocher la lune. tu t'es arrêtée parmi le groupe de passant(e)s qui l'observent. car ouais, y'a surtout des filles. des filles blondes, belles et populaires que tu te mets instinctivement à jalouser. tu en connais quelques unes de vue, à qui tu souris mais ton regard reste obstinément fixé sur le guitariste amateur. enfin, amateur. c'est pas dit. c'est qu'il est doué, le bonhomme... « regan ? » il a parlé. rectification, il t'a parlé. tu sens ton coeur battre la chamade, tes mains devenir moites. des regards sont posés sur toi, mais le tien est ailleurs. perdus dans les yeux d'un garçon. il te sourit, pose sa guitare, et se pousse un peu, te laissant de la placer pour t'asseoir à ses côtés. tu hésites. mais ce n'est pas comme si tu avais mieux à faire. tes devoirs sont faits, tes livres lus, ton roman au point mort, micah est partie tu ne sais où, cam prend des photos et bella doit être fourrée avec ken. non, décidément, tu n'as rien à faire d'autre. aucune bonne excuse à (te) donner. tu pars donc s'asseoir à sa droite. vous êtes un peu à l'étroit sur ce pas de porte, mais tu n'en as que faire. tu appuies ta tête contre la pierre et te retournes pour mieux le regarder. « tu ne m'avais pas dit que tu avais des groupies ? » dis-tu doucement, amusée. c'est pas méchant, pas tant sarcastique que c'en a l'air. c'est pas ton genre, la répartie chiante. tu trouves tes mots dans les étoiles, toi, regan. t'as des principes, merci bien. il hausse un sourcil, comme il sait si bien le faire, et te répond, une air indifférant sur le visage. « tu n'm'as pas vraiment laissé le temps de dire grand chose, mademoiselle victor hugo. » tu ris doucement à l'entente du surnom.  soudain, tu percutes quelque chose : il se souvient de toi. il se souvient de ton prénom, de ton visage et de ce que tu lisais. tu sens ta poitrine s'emplir de fierté et un sentiment étrange te parcourir les veines. faut pas que tu t'attaches regan, oh non, faut pas que tu t'attaches. « t'aurais aimé, hein, que je te laisse placer plus de trucs ? » c'est quoi, ça ? depuis quand tu t'l'as joues mystérieuse, un peu séductrice ? tu vois fitz regarder l'horizon, un point fixe. et ça te donne une folle envie d'écrire sur lui. tu pourrais noircir pages sur pages en parlant de ce type, c'est certain. il se tourne finalement vers toi, et lâche du bout des lèvres, jouant le gars gêné par la confidence : « sans doute. j'aurais surtout aimé que tu me laisses ton numéro, ça m'aurait vraiment plu. » il t'a retrouvée sur instagram, il s'est abonné à toi. preuve qu'au moins, il sait un minimum qui tu es. tu plonges la main dans la poches de son sweat à capuches sans le prévenir. tu sens un briquet, une pièce, un chewing-gum, et finalement, un portable. tu l'attrapes. il te regarde faire, un mince sourire sur les lèvres. il n'y a pas de code, tant mieux. tu déverrouilles, cherches les contacts, tapes ton nom, ton numéro, valides et puis lui remets dans sa poche. il n'a pas bougé d'un cran et, vu son expression, il ne compte pas parler. « faudra faire une photo, hein. sinon, tu vas avoir une tête grise inconnue qui va s'afficher à l'écran, et ça fera moche... » tu te serais frappée. tu aurais pu sortir n'importe quoi, mais fallait-il vraiment que cela soit ça ? une remarque débile ? « faudra surtout que l'on puisse se revoir. » te répond-il, goguenard. tu n'apprécies pas son ton mais tu rougis quand même. mais, avant que tu n'aies pu articuler quoi que ce soit, il te dit qu'il doit y aller et il part, sa guitare à la main. et te revoilà seule, sur un pas de porte, avec un étrange sourire idiot sur les lèvres.
fichus sentiments.
we all know how to be happy.


Dernière édition par regan c. lancaster le Jeu 4 Déc - 18:53, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 428
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: are you, are you, coming to the tree ? (regan)   Jeu 27 Nov - 19:26

babe yotem

_________________
Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
ucucuc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 509
Date d'inscription : 08/11/2014

MessageSujet: Re: are you, are you, coming to the tree ? (regan)   Jeu 27 Nov - 19:30

yotem aussi.
t'aimes ma presa ?

_________________
But love doesn’t make sense.
"Someone will fall in love with you. Your flaws, scars, someone will. They’ll love you for you. They’ll fall in love with you. No one else, just… you. Maybe you haven’t met them yet, but there is someone out there wondering what you’re like. You’ll meet them, I promise."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 428
Date d'inscription : 06/11/2014

MessageSujet: Re: are you, are you, coming to the tree ? (regan)   Jeu 27 Nov - 19:31

comment veux-tu que je l'aime pas ?

_________________
Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
ucucuc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we all know how to be happy.
Messages : 509
Date d'inscription : 08/11/2014

MessageSujet: Re: are you, are you, coming to the tree ? (regan)   Jeu 27 Nov - 19:32

idk.

_________________
But love doesn’t make sense.
"Someone will fall in love with you. Your flaws, scars, someone will. They’ll love you for you. They’ll fall in love with you. No one else, just… you. Maybe you haven’t met them yet, but there is someone out there wondering what you’re like. You’ll meet them, I promise."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

we all know how to be happy.

MessageSujet: Re: are you, are you, coming to the tree ? (regan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

are you, are you, coming to the tree ? (regan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» are you, are you, coming to the tree ? (regan)
» Obama;Change is coming to america
» dark days are coming ♌ SAGISIUS
» Guess who's coming to dinner ( Nathaniel, K. Emily & Alden )
» The White Dragon is coming [PV Meï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
how to be happy. :: step two :: born to die :: we can be heroes-